Gazette Drouot logo print

Georges Seurat et Cornelis de Vos

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 18 avril 2022 - 14:15 (CEST) - 14, boulevard Eindhoven - 14400 Bayeux

Le maître de l’art moderne est passé par l’enseignement de l’École des beaux-arts, où il livra ce dessin qui vient de décrocher la première place lors d’une vente où s’illustraient aussi De Vos et Herring.

Georges Seurat (1859-1891), Académie, crayon sur papier Michallet, non signé, portant... Georges Seurat et Cornelis de Vos
Georges Seurat (1859-1891), Académie, crayon sur papier Michallet, non signé, portant un numéro «10» en haut à droite, 63 47 cm à vue.
Adjugé : 206 400 

L’œuvre sur papier avait eu les honneurs d’un article dans la Gazette n° 14 (voir l'article Un nu de Georges Seurat, encore étudiant aux Beaux-arts de la Gazette n° 14, page 24)… À raison : ce dessin de jeunesse de Georges Seurat (alors âgé d’environ 18 ans), bien qu’obligatoire pour tout artiste en herbe qui suit les cours de la fameuse académie parisienne du quai Malaquais, surprend par sa virtuosité. On y décèle déjà une parfaite maîtrise des noirs, qui sera aussi sa marque de fabrique dans les années de la maturité. Des qualités évidentes, qui viennent s’ajouter à la rareté des feuilles laissées par le peintre pointilliste disparu trop tôt et ont attiré pas moins de 206 400 €, à partir d’une estimation haute de 60 000 €. Plus habillée s’affirmait la jeune fille vêtue d’une riche robe de soie très montante qui lui succédait : ce Portrait de dame au large col de dentelle attribué à Cornelis de Vos ne manque pas de prestance. Lors de sa vente à Drouot en mai 1890, on pouvait lire ce commentaire : «D’une allure distinguée, d’un coloris sobre, d’une exécution fine et serrée…», ce qui est bien dans le goût du grand portraitiste baroque flamand. Dans tous les cas, la toile (128,5 88 cm) s’est hissée jusqu’à 100 800 €. Direction les États-Unis et les rives du Mississippi, avec un panorama séduisant dû à l’Américain Lewis Herring (voir l'article Le vapeur Frank Pargoud de la Gazette n° 15, page 105). Son tableau montre Le Bateau à vapeur Pargoud devant un quai de chargement de coton animé, une scène peinte en 1869. Le navire est tel qu’on l’imagine, avec ses deux fines cheminées fumantes et sa roue à aube, symbolisant les activités du Sud profond. Un beau morceau de peinture qui lui aussi a doublé son estimation haute, recueillant 98 400 €. Côté arts décoratifs, c’est une commode (84 130 65 cm) du début de l’époque Louis XV, attribuée à Étienne Doirat (1675-1732), qui se détachait avec 13 200 €. Elle présente trois faces galbées habillées d’un placage de palissandre et une riche ornementation en bronze doré, dont de caractéristiques espagnolettes.
 

Attribué à Cornelis de Vos (1584-1651), Portrait de dame au large col de dentelle, huile sur toile, 128,5 x 88 cm. Adjugé : 100 800 €
Attribué à Cornelis de Vos (1584-1651), Portrait de dame au large col de dentelle, huile sur toile, 128,5 88 cm.
Adjugé : 100 800 
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne