Geoffroy Gaultier

Le 02 juillet 2020, par Agathe Albi-Gervy

Avocat pendant plus de trente ans de la Chambre nationale des commissaires-priseurs et de la chambre de discipline de la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris, Me Geoffroy Gaultier s’est éteint le 2 juin.

DR

Les commissaires-priseurs ont perdu l’un de leurs plus grands défenseurs. Avocat pendant plus de trente ans de la Chambre nationale des commissaires-priseurs et de la chambre de discipline de la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris, Me Geoffroy Gaultier s’est éteint le 2 juin. Les marteaux de l’Hôtel Drouot le connaissaient de longue date : avocat depuis 1949, il assurait la défense des commissaires-priseurs depuis la fin des années 1960. Au sein du cabinet de Me Paul Mathély, qu’il intègre en 1954, il a plaidé plus de mille affaires de brevets d’invention ou de propriété littéraire et artistique, et défendu notamment le droit de suite et celui de reproduire les œuvres dans les catalogues de ventes. Sa contribution, à l’aube du XXIe siècle, à l’élaboration de la réforme de la profession de commissaire-priseur, a été décisive. Contributeur à la rédaction des Annales de la propriété industrielle et à celle du livre blanc  Les Commissaires-priseurs judiciaires : la réforme, rédacteur au Journal des commissaires-priseurs, Geoffroy Gaultier était un fin juriste, d’une grande culture, qui dispensait ses conseils avec une véritable passion. Certaines de ses affaires ont remodelé la jurisprudence (Monet, Utrillo, Marquet, Braque, Rodin, etc.).

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne