Francisco de Goya, le matador du crayon

Le 24 juin 2021, par Bertrand Galimard Flavigny

La tauromachie a inspiré autant les auteurs que les peintres. Mais Francisco de Goya s’est élevé par-dessus tous les autres

Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828), Les Maures se servant d’ânes […] (Tauromaquía, planche 17, 1816, eau-forte, pointe-sèche, burin et aquatinte, impression sépia, 350 245 [434 310] mm). Drouot-Richelieu, 29 avril 2021 par la maison Brunel - Dejean de La Bâtie OVV.
Adjugé : 1 200 €

À Ronda, dans la province de Malaga, il suffit de traverser le Puente Nuevo pour atteindre la Piazza de Toros, où se dressent les plus anciennes arènes d’Espagne. Au centre du cirque, face à ces gradins qui tournent autour des colonnes, nous entendons les cris des aficionados, les notes éclatantes des orchestres et encore les silences. C’est ici que Francisco Romero (1700-1763), alors charpentier, créa, en 1725, une nouvelle chevalerie dont les membres allaient porter le titre envié de Matador de Toros. Francisco de Goya y Lucientes venait ici, son carnet de croquis à la main et y transposait les couleurs des habits de lumière de ces héros. Il y a représenté le premier instant de la cogida de Pepe Hillo avant que le taureau ne le soulève et l’envoie en l’air. Ce dernier, de son vrai nom José Delgado Guerra, est ainsi mort dans l’arène de Madrid le 11 mai 1801 à 47 ans. Auparavant, il avait composé un traité de la tauromachie dont la première édition parut en 1796. Un exemplaire de la seconde édition en partie originale, Tauromaquía o arte de torear a caballo y a pie. […] (Madrid, Imprenta de Vega y compañia 1804, in-12), orné de 30 planches en couleurs, dans son cartonnage du XIXe décoré d’un semis de fleurs de lys, a été vendu 1 400 €, à Drouot le 17 mars 2020 par Yann Le Mouel, assisté de Jacques Benelli, lors de la dispersion de la bibliothèque tauromachique de l’ancien libraire René Cluzel. Goya connaissait l’ouvrage de Delgado. Il avait, en 1777, envisagé de montrer l’histoire de la corrida, incité en cela par la Charte sur l’origine et l’évolution des courses de taureaux en Espagne de son ami le poète Nicolás Fernández de Moratín (1737-1780). Ce fut finalement l’ouvrage de José Delgado qui le décida. Il s’en inspira, mettant notamment en scène les prouesses de son ami Pedro Romero (1754-1839) et celles de Pepe Hillo. Sa Tauromaquia parut pour la première fois en 1816, comportant 33 planches, comme la deuxième de 1855. La troisième (Paris, Loizelet, s.d. [1876], in-folio oblong) réunit pour la première fois la totalité des 40 planches de la suite en cuivre, numérotées, rapportant les sept que Goya avait rejetées. Il est rare de voir passer des exemplaires complets de l’une ou l’autre des trois éditions. Les épreuves seules sont plus fréquentes. L’une d’elles, Les Maures se servant d’ânes […], une impression en sépia, a été adjugée 1 200 €, le jeudi 29 avril 2021 à Drouot par Brunel - Dejean de La Bâtie. Bien avant Goya, on avait parlé de la tauromachie en France pour la première fois grâce à l’abbé Jacques Carel de Sainte-Garde (1620-1684) et son ouvrage Mémoires curieux envoyez à Madrid sur les Festes ou combats de taureaux (Paris, Frederic Leonard, 1670, petit in-12), dont un exemplaire relié en veau porphyre, armorié, à la fin du XIXe, a été vendu 780 €, lors de la dispersion de la bibliothèque de René Cluzel.
Un «spectacle fort» et très coûteux

Nombreux furent les voyageurs qui émirent leur opinion sur le sujet. On l’a oublié, mais Madame d’Aulnoy (1651-1705), l’autrice des Contes de fée (Claude Barbin, en 1697, quatre volumes in-12, ornés par Antoine Clouzier), chargée par Louis XIV d’observer – pour ne pas dire espionner – la cour d’Espagne, ramena notamment une Relation du voyage d’Espagne (Paris, Claude Barbin, 1691), dédiée au duc de Chartres, qu’elle rendait responsable de cet ouvrage. Celui-ci fut suivi la même année par Les Mémoires de la cour d’Espagne (Paris, Claude Barbin, 1691). Ces deux titres furent réédités sans interruption jusqu’en 1744. Un exemplaire de la troisième édition du premier (La Haye, Van Bulderen, 1693, trois tomes en un volume, in-12), relié en veau moucheté, a été vendu 150 €, le 17 mars 2021. On peut y lire l’opinion de Madame d’Aulnoy sur la tauromachie  : «Ces festes sont belles, grandes et magnifiques ; c’est un spectacle fort noble, & qui coûte beaucoup : l’on ne peut en faire une peinture juste, il faut les voir pour se les bien représenter. Mais je vous avoue que tout cela ne me plaît point.»
Tant pis pour la civilisation
Bien plus tard, Théophile Gautier, qui a écrit le premier vrai roman tauromachique de la littérature française, notait : «L’on a dit et répété de toutes parts que le goût des courses de taureaux se perdait en Espagne et que la civilisation les ferait bientôt disparaître ; si la civilisation fait cela, ce sera tant pis pour elle, car une course de taureaux est un des plus beaux spectacles que l’homme puisse imaginer.» Un exemplaire grand de marges, d’une édition en partie originale de son roman Militona (Paris, Desessart, 1847, in-8°), relié en demi-veau olive de l’époque, auquel on a ajouté son Voyage en Espagne, nouvelle édition, revue et corrigée (Charpentier, 1858, in-12) et La Peau de tigre (Michel Lévy frères, 1866, in-12), dont les pages 361 à 388 sont consacrées à la tauromachie, a trouvé preneur à 150 €. N’oublions pas, enfin, Prosper Mérimée, le père de Carmen (1845), grand aficioniado s’il en fut, qui offre l’opinion la plus impartiale sur la tauromachie dans ses Lettres de Madrid, qu’il composa entre 1830 et 1833 pour la Revue de Paris. Il pouvait avoir feuilleté Tauromaquía et l’avoir commenté avec Gautier, qui affirmait que Goya était «l’homme le plus compétent du monde pour traiter à fond la matière. Quoique les attitudes, les poses, les défenses et les attaques […] soient d’une exactitude irréprochable, Goya a répandu sur ces scènes des ombres mystérieuses et des couleurs fantastiques.»

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne