Francis Naumann

Le 25 octobre 2019, par Agathe Albi-Gervy

Historien d'art et galeriste, il défend depuis des décennies les avant-gardes du XXe siècle. Il a cependant décidé de jeter l'éponge pour son activité marchande.

DR

Historien d’art accompli, ce galeriste a annoncé la fermeture de son officine new-yorkaise en mars de l’année prochaine. Ouverte en 2001, Francis Naumann Fine Art défend une certaine idée de l’avant-garde, celle des dadaïstes et des surréalistes ainsi que des artistes contemporains, tel Mike Bidlo, qui s’inscrivent dans cette filiation pointue. Le galeriste affirme prendre ainsi acte du désintérêt des collectionneurs pour la modernité historique du XXe siècle, au profit de la création contemporaine. Une évolution qu’il appuie par une citation de Marcel Duchamp : «Le fils doit haïr le père pour être un bon fils. Une telle haine semble être le seul moyen de produire cette réaction nécessaire contre les réussites de la période précédente.» Diplômé en peinture, en 1973 à l’Art Institute de Chicago, Francis Naumann a obtenu en 1988 un doctorat en histoire de l’art à l’université de New York. Il a été commissaire de plusieurs expositions, dont une, en 1996, au Whitney Museum, ayant pour titre «Semer la zizanie : dada envahit New York».
Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Marcel Duchamp. L’argent sans objet, Étant donnés 1 :  Maria Martins 2, Marcel Duchamp et Marcel Janco se souvient de dada, tous trois traduits en français et publiés par L’Échoppe.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne