Gazette Drouot logo print

Françoise Cailles, pionnière de l’expertise joaillière au féminin et spécialiste de Boivin

Publié le , par Clarisse Normand

Son érudition et sa détermination lui ont permis de s’imposer parmi les premières femmes expertes en joaillerie. Elle est devenue notamment la spécialiste incontournable des bijoux Boivin, dont elle a favorisé la redécouverte et la revalorisation.

   Françoise Cailles, pionnière de l’expertise joaillière au féminin et spécialiste de Boivin
 
Elle s’est fait sa place dans un monde d’hommes. Lorsque Françoise Cailles a débuté sa carrière au début des années 1970, avant de créer en 1979 son propre cabinet, l’expertise joaillière était un univers très largement masculin. Qu’importe  ! Sûre d’elle, cette dame menue et raffinée, toujours vêtue d’élégantes toilettes et parée d’un beau bijou, saura se faire reconnaître pour ses compétences et publiera même quelques livres dont un fameux sur la maison Boivin qui fait toujours autorité trente ans après sa parution. «Son parcours est placé sous le signe de l’excellence, salue sa petite-fille Marie, qui voue une grande admiration à sa grand-mère aujourd’hui âgée de 85 ans. D’une grande exigence, elle a tout fait avec talent  : ses études, son métier, mais aussi ses hobbies. Merveilleuse claveciniste, elle a aussi été championne de France senior en natation… et a longtemps continué ses entraînements à la piscine de l’Interallié.»   Une discipline de fer Née en 1939, dans une famille bourgeoise et cultivée d’origine franc-comtoise, la jeune Françoise Lambert affiche très tôt des dispositions prometteuses. Aînée d’une fratrie de cinq enfants, sérieuse, le nez toujours plongé dans les livres, elle décroche son bac à 16 ans, intègre dans la foulée Sciences Po et suit des cours de droit public à Assas.…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous