Gazette Drouot logo print

Fondation de l'Hermitage : Ombres, de la Renaissance à nos jours

Publié le , par Harry Kampianne

L’ombre est un révélateur de lumière : sans elle ne resteraient que l’éblouissement ou les ténèbres. Le sujet peut paraître vaste et ambitieux : il exige aussi d’en mesurer toutes les subtilités et nuances de pénombre ou de clair-obscur. La Fondation de l’Hermitage, déjà conceptrice de l’exposition «Fenêtres» en 2013 thème...

Émile Friant (1863-1932), Ombres portées, 1891, huile sur toile, 117 x 68 cm, musée... Fondation de l'Hermitage : Ombres, de la Renaissance à nos jours
Émile Friant (1863-1932), Ombres portées, 1891, huile sur toile, 117 68 cm, musée d’Orsay, Paris.
© RMN/Hervé Lewandowski

L’ombre est un révélateur de lumière : sans elle ne resteraient que l’éblouissement ou les ténèbres. Le sujet peut paraître vaste et ambitieux : il exige aussi d’en mesurer toutes les subtilités et nuances de pénombre ou de clair-obscur. La Fondation de l’Hermitage, déjà conceptrice de l’exposition «Fenêtres» en 2013 thème tout aussi périlleux , s’est prêtée au jeu avec un large panorama, de la Renaissance jusqu’à nos jours. Au travers d’une sélection d’environ cent quarante œuvres, le caractère indissociable du couple ombre/clarté apparaît comme une évidence, quels que soient les remous de l’histoire de l’art. Toutes les formes artistiques, de la peinture à l’installation, en passant par la photographie elle-même écriture lumineuse et la vidéo, sont abordées. Chacune des seize salles met en scène les multiples facettes de la thématique : l’autoportrait, le corps, les couleurs de l’ombre, sa traduction romantique, les jeux qu’elle induit, les ombres en série… le tout dans une scénographie sobre, avec des cartels didactiques permettant de mieux cerner ce révélateur de lumière. Parmi les points forts de l’exposition, le fameux autoportrait de Delacroix à 18 ans, longtemps attribué à Géricault, les clairs-obscurs de Jacob Jordaens et de Joseph Wright of Derby, inspirés de l’école caravagesque, les ombres de couleurs de Félix Vallotton, celles impressionnistes de Monet ou encore le théâtre d’ombres de Christian Boltanski et l’installation Jeune homme en ombre portée de Tim Noble & Sue Webster, enfants terribles des Young British Artists des années 1990. Une autre manière thématique de revisiter l’histoire de la peinture occidentale, avec délectation.

Fondation de l’Hermitage,
2, route du Signal, Lausanne, tél. 
: + 41 21 320 50 01.
Jusqu’au 27 octobre 2019.
www.fondation-hermitage.ch
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne