Femmes fantastiques. Mondes surréels de Meret Oppenheim à Frida Kahlo

Le 17 mars 2020, par Annick Colonna-Césari
Kay Sage, At the Appointed Time, 1942, huile sur toile, 81,3 99,1 cm.
© Estate of Kay Sage /VG Bild-Kunst, Bonn, 2020

Le surréalisme était à l’origine un cénacle d’hommes, fondé au début des années 1920 par André Breton, aux côtés de Max Ernst, Paul Éluard, Yves Tanguy et Man Ray. Les premières femmes à avoir rejoint le mouvement l’ont fait en qualité de compagnes, de muses, de modèles. Elles contribueront par la même occasion à le façonner, en devenant des créatrices à part entière et en participant régulièrement aux expositions du groupe,de l’Europe aux États-Unis et au Mexique. Et pourtant, elles sont restées dans l’ombre de leurs homologues masculins… L’exposition de Francfort entend leur rendre justice. Son parcours déploie quelque deux cent-soixante œuvres, signées d’une trentaine de ces artistes féminines qui se sont, même brièvement, engagées dans l’aventure. Quelques-unes ont atteint la reconnaissance, telles Lee Miller, Dora Maar, Frida Kahlo ou Louise Bourgeois. Mais la plupart l’attendent toujours. Chacune est en tout cas représentée par un ensemble d’œuvres, au fil d’un accrochage, classique et efficace à la fois, qui permet aux visiteurs d’appréhender les différents univers. Et de se forger une opinion. On le constate en effet : les surréalistes femmes sont dotées d’un imaginaire aussi percutant que leurs compagnons. À leur instar, elles puisent dans les rêves et l’inconscient, se nourrissent de littérature et de mythes, utilisent la technique du dessin automatique et le jeu des « cadavres exquis ». À leur différence, elles pratiquent également l’autoportrait, pour questionner leur identité, et donnent naissance à des images souvent ironiques, aux antipodes des visions érotisées qu’elles-mêmes leur inspiraient. Cette exposition vient ainsi compléter un important chapitre de l’histoire de l’art du XXe siècle.

Schirn Kunsthalle,
Römerberg, Francfort,tél. 
: +49 69 2998820. 
Jusqu’au 24 mai 2020.

www.schirn.de
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne