facebook
Gazette Drouot logo print

Femmes bibliques pour une aiguière

Le 13 septembre 2018, par Philippe Dufour

Fils d’un ancien consul de Sardaigne installé à Conflans-sur-Loing en 1787, Henry de Triqueti, alliant une solide culture classique à un réel sentiment religieux, appartient à ce petit groupe d’artistes qui posa les fondements du style néogothique. Bien qu’ayant fait son apprentissage de peintre sous la houlette d’Anne-Louis…

Femmes bibliques pour une aiguière
Henry de Triqueti (1803-1874), Moïse sauvé des eaux, aiguière en bronze patiné, 1835, signée et datée sous la base, 39 x 15 x 18 cm. Adjugé : 18 750 €

Fils d’un ancien consul de Sardaigne installé à Conflans-sur-Loing en 1787, Henry de Triqueti, alliant une solide culture classique à un réel sentiment religieux, appartient à ce petit groupe d’artistes qui posa les fondements du style néogothique. Bien qu’ayant fait son apprentissage de peintre sous la houlette d’Anne-Louis Girodet-Trioson, le jeune baron se tourne rapidement vers la sculpture et le modelage pour créer un univers très personnel, en adéquation avec le goût romantique des années 1830, pétri de références médiévales et Renaissance. Cette aiguière en bronze illustrant l’épidode «Moïse sauvé des eaux» en est un bel exemple. La pièce de forme, datant de 1835, est réalisée en bronze patiné et richement sculpté, et s’inscrit dans la série des aiguières à sujets bibliques que l’artiste livre tout au long de la décennie. En 1834, il avait créé pour Adolphe Thiers, alors ministre de l’Intérieur, le célèbre modèle aux Mères israélites, représentant la mère de Moïse sur l’anse, Rachel, Sara et Agar sur la panse, et le Massacre des Innocents. Sur cette pièce présentée au Salon de 1836, les figures, comme ici, mettent en valeur la sollicitude maternelle. Quant à la silhouette élancée de l’objet, pourvu d’un bec très découpé, elle a été reprise sur une autre aiguière exposée au Salon de 1838, celle-ci consacrée à l’Histoire de Joseph. Enfin, on peut également la rapprocher d’un autre exemplaire dit de l’Espérance, de la Paix et de la Justice, acquis en 2012 par le Rijksmuseum d’Amsterdam. 

arts de la table, bijoux, meubles anciens et de style, sculptures, bronzes, tableaux anciens, orientalistes, bagages et accessoires de mode, Extrême-Orient, argenterie, tapisseries
dimanche 22 juillet 2018 - 14:00 (CEST) - Live
4, avenue Bourbon - 60500 Chantilly
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne