Gazette Drouot logo print

Nîmes remet à l'honneur les Étrusques

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Voici une civilisation dont on connaît le nom, mais dont on ne sait finalement pas grand-chose : c’est tout le propos de cette exposition d’en montrer l’antique grandeur. Celle d’un peuple immense, qui s’est développé à partir du IXe siècle avant de disparaître au Ier siècle av. J.-C. Le parcours s’articule autour de trois...

Statuette de Laran, fin du VIe siècle av. J.-C., bronze 14 cm, Musée archéologique... Nîmes remet à l'honneur les Étrusques
Statuette de Laran, fin du VIe siècle av. J.-C., bronze 14 cm, Musée archéologique national de Florence.
© su concessione del Museo Archeologico Nazionale di Firenze (Direzione regionale Musei della Toscana)

Voici une civilisation dont on connaît le nom, mais dont on ne sait finalement pas grand-chose : c’est tout le propos de cette exposition d’en montrer l’antique grandeur. Celle d’un peuple immense, qui s’est développé à partir du IXe siècle avant de disparaître au Ier siècle av. J.-C. Le parcours s’articule autour de trois axes : les échanges essentiels avec les populations grecques et phéniciennes du pourtour de la Méditerranée, les différents aspects de leur culture et l’héritage transmis aux Romains. En préambule, un dispositif multimédia évoque les voyages de ces fins navigateurs et commerçants, partis chercher les métaux qui leur faisaient défaut, mais aussi habiles architectes et artisans. Les objets provenant essentiellement de deux musées italiens – ceux de Volterra et du Musée archéologique national de Florence, dont les conservateurs assurent le commissariat scientifique – en attestent. Entre art funéraire, art religieux et vie de cour – les bijoux en or et les panoplies guerrières montrent l’émergence d’une classe aristocratique –, ils dévoilent la maîtrise atteinte en termes de technicité. Ceux liés aux pratiques funéraires constituent le temps fort de l’exposition : ce sont en effet ces artefacts qui nous éclairent sur la société, sur les us et coutumes de la vie publique et privée, aussi sophistiqués que complexes. La scénographie met en valeur les vases canopes, témoignages des incinérations de la période villanovienne, et les nombreux sarcophages et urnes des époques plus récentes. Leurs couvercles sont richement sculptés de ces hommes et femmes à demi allongés, participant à leurs derniers banquets : une image qui a contribué à dessiner la silhouette des Étrusques.

Musée de la Romanité,
16, boulevard des Arènes, Nîmes (30), tél. 
: 04 48 21 02 10,

Jusqu’au 23 octobre 2022.
www.museedelaromanite.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne