Étoiles 80 chez Pierre Passebon

Le 01 octobre 2019, par Jean-Louis Gaillemin
Cabinet Spinoza de Patrick Naggar et Achille (Stair Gentis), de Pierre et Gilles.
© Julio Piatti

Le postmodernisme et la nouvelle figuration auraient-ils fait leurs débuts en 1980 au Palace de Fabrice Eamer, et plus particulièrement dans son restaurant pour happy few Le Privilège ? Gérard Garouste, qui avait créé des décors baroques sur la grande scène du théâtre, en avait voilé les murs de plâtre pour les peindre de fresques mythologiques ; Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti en avaient dessiné le mobilier «Louis XV orientalisant» et les céramiques lumineuses de l’entrée. Un an plus tard se tenait la première exposition d’objets de Garouste et Bonetti à la galerie Jansen, suivie de l’ouverture d’En attendant les barbares, par Frédéric de Luca et Agnès Kentish (avec Éric Schmitt, Olivier Gagnère, Patrick Rétif), et de celle de Neotu, par Gérard Dalmon et Pierre Staudenmeyer (avec Martin Szekely, Olivier Vedrine) : le design postmoderne français était lancé. L’humour, la citation, la couleur et un certain primitivisme (voir la chaise Prince impérial de Garouste et Bonetti, aujourd’hui une icône) prenaient le pas sur le fonctionnalisme gris et beige des années 1970. À New York, c’est Bénédicte Siroux qui le mettait à l’honneur dans son showroom (Furniture of the XXth Century) après y avoir présenté les rééditions d’Andrée Putman, lors de vernissages mis en musique par Philippe Krootchey et immortalisés par Maripol. C’est dire si elle était bien placée pour l’évoquer chez Pierre Passebon, qui a su faire dialoguer les œuvres des designers avec des photos de Pierre et Gilles, Patrick Sarfati et Philippe Morillon, des boîtes lumineuses de Charles Serruya, des peintures de Gérard Garouste et de David Rochline, tous habitués du Palace et présentés ces dernières années à la galerie du Passage. Mais point de nostalgie : quelques œuvres récentes d’Éric Schmitt ou d’Olivier Gagnère témoignent de la vitalité d’une génération que le MAD Paris célèbrera l’année prochaine.

Galerie du Passage - Pierre Passebon, 
22, passage Vérot-Dodat, Paris 
Ier, tél. : 01 42 36 01 13.
Jusqu’au 19 octobre 2019.
www.galeriedupassage.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne