Gazette Drouot logo print

Empires et artisans dans les arts d’Orient

Publié le , par Claire Papon

Pour sa première vacation à Drouot, la maison Rim Enchères, spécialisée dans les arts d’Orient, a mis les petits plats dans les grands, entre céramiques, textiles, miniatures, calligraphies, objets en métal ou en papier mâché.

Empires et artisans dans les arts d’Orient
Iran, vers 1880-1892. Tenture en coton imprimé et peint à décor d’arbre de vie, compositions calligraphiques, lions, semis et guirlandes de fleurs, boteh, niches polylobées abritant des vases et chevrons, réalisée sur ordre de Nasir al-Din Shah, 394 245 cm.
Estimation : 30 000/50 000 

La première heure de la vacation est réservée aux arts du feu. Comprenez des plats, pichets et carreaux de revêtement de l’Iran safavide ou qâjar, d’Asie centrale, de Kütahya et bien sûr d’Iznik en Turquie. Leur point commun ? La couleur bleue de leurs décors. Quelques centaines à 3 000 € leur sont destinés, à l’exception notamment de deux plats d’Iznik, l’un vers 1590 à décor de voiliers et felouques, vagues et rochers, l’autre vers 1575, orné de palmes et tiges d’œillets, espérés respectivement à 4 000/6 000 € et 6 000/8 000 €. La vedette de l’après-midi, toutefois, est annoncée à 70 000/80 000 €. Il s’agit du portrait monumental du souverain qâjar Nasir al-Din Shah (1848-1896) par Ja’Far vers 1875-1876. Passionné d’archéologie et d’histoire, Nasir al-Din s’intéresse très tôt à la photographie et soutient un courant de peinture plus réaliste que ses prédécesseurs. Pour preuve, son visage se détachant sur un fond grisé rappelant les daguerréotypes, dont les premiers exemples arrivent en Iran au début des années 1840. Celle qui pourrait figurer à ses côtés sur le podium provient d’une collection européenne : c’est une tenture (voir photo) réalisée sur ordre du même Nasir al-Din dans un atelier d’Ispahan vers 1880-1892. Un arbre de vie est flanqué de deux compositions calligraphiques en forme de lion, animal qui, en Iran, participe d’une double symbolique : politique car il est l’emblème du pouvoir dynastique et religieuse – le lion de Dieu étant associé à Ali, cousin et gendre du prophète, premier des imams chiites. Parmi d’autres témoignages de la diversité et du raffinement des arts d’Orient, on s’attardera sur un fourreau de poignard en jade incrusté d’or à décor de rinceaux et palmettes (Turquie, XVIe-XVIIe, 5 000/6 000 €), un yatagan (sabre) en acier damasquiné à l’or et son étui recouvert d’argent (Empire ottoman, vers 1823-1824, 15 000/18 000 €) ou encore une horloge de table en laiton doré rehaussé de panneaux épigraphiés en lapis-lazuli, dont le mouvement est de Johannes Benner à Augsbourg, vers 1650, et qui a été exécutée pour un dignitaire de la cour ottomane (6 000/7 000 €).

mardi 17 mai 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
Rim Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne