Ed & Nancy Kienholz à la galerie Templon

Le 22 septembre 2020, par Alain Quemin
Ed & Nancy Kienholz, The Pool Hall, 1993, assemblage de médias mixtes, 245,1 250,2 138,4 cm.
© Courtesy Templon, Paris - Brussels

Figure majeure de l’art d’après-guerre, l’Américain Edward Kienholz (1927-1994) mérite paradoxalement d’être redécouvert. L’artiste, accompagné de son épouse Nancy (1943-2019) – avec laquelle il cosigna toutes ses œuvres à partir de 1972 –, est l’un des représentants majeurs du pop art étatsunien, l’un des plus authentiques, donc des plus critiques de son pays aussi. L’incroyable succès commercial et populaire d’Andy Warhol, dont le grand public retient surtout les images les plus glamour comme celles de Marilyn Monroe ou les séduisants portraits mondains, fait souvent oublier le versant le plus sombre du créateur de la Factory : ses œuvres figurant des accidents mortels et des instruments d’exécution. C’est pourtant ce caractère dénonciateur des excès et des travers de la civilisation américaine qui constitue l’aspect le plus authentiquement pop, celui qui trouve une illustration magistrale dans l’œuvre des Kienholz. La vingtaine de sculptures et installations présentées par la galerie Templon, créées entre 1978 et 1994, frappent par leur force plastique. Les objets, souvent des pièces de mobilier et des mannequins assemblés – pour les œuvres de plus grandes dimensions –, exhalent une violence plus ou moins contenue et suscitent le malaise. Le noir, le gris et le brun dévorent tout. C’est cru, brutal, caustique, dérangeant : le pop art retrouve ici brillamment toute sa signification initiale.

Galerie Templon,
28, rue du Grenier-Saint-Lazare, Paris 
IIIe, tél. : 01 85 76 55 55.
Jusqu’au 31 octobre 2020.
www.templon.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne