Gazette Drouot logo print

Dubuffet au Guggenheim de Bilbao

Publié le , par Henri Guette

Bien représenté au travers des collections Guggenheim, le père de l’art brut fait l’objet d’une rétrospective à Bilbao. Une vue d’ensemble sur son œuvre qui mise sur la qualité plutôt que sur le nombre.

Dubuffet au Guggenheim de Bilbao
Jean Dubuffet, Porte au chiendent, 31 octobre 1957, huile sur toile, 189,2 146 cm, Solomon R. Guggenheim Museum, New York, 59.1549.
© Jean Dubuffet, Vegap, Bilbao 2022

On a souvent présenté Jean Dubuffet (1901-1985) à travers ses combats, contre l’institution, les normes, l’asphyxiante culture. Ses textes en témoignent et ses prises de position, mémorables, ont indéniablement ouvert de nouveaux horizons, y compris vers l’art brut. Mais l’exposition que le musée de Bilbao lui consacre nous incite à avoir de son œuvre une autre lecture, celle d’une «ardente célébration». Les mots sont de l’artiste lui-même, qui entendait par là insister sur la vitalité de son travail, la joie d’une création libérée des conventions. Rattrapés par l’histoire de l’art et la théorie, ils ont pu être oubliés ou mis de côté, mais cette affirmation mise en exergue est ici un parti pris. Si l’accrochage respecte un ordre chronologique, il n’est pas didactique pour autant : les œuvres parlent avant tout par leur qualité. À partir des collections Peggy Guggenheim de Venise et de la Solomon R. Guggenheim Foundation, les commissaires en proposent une vue d’ensemble et placent quelques jalons. La première rétrospective Dubuffet organisée par le musée Guggenheim se déroule à New York en 1973. L’événement est prétexte à plusieurs acquisitions et signe le début d’un véritable compagnonnage. L’institution possédait déjà de lui quelques peintures – dont la Porte au chiendent (1957), inaugurant son entrée dans celles-ci –, mais leurs liens s’affirment définitivement autour de la première du ballet de peintures et de sculptures Coucou Bazar, création marquant une étape majeure dans les recherches de l’artiste autour de la musique. Le mérite de l’exposition de Bilbao est d’accorder à ce type d’œuvres leur juste place dans une muséographie monumentale : une sélection d’éléments du spectacle consacre ainsi cette collaboration, tout en montrant le moment où le cycle de l’Hourloupe est passé d’une série d’expériences graphiques et picturales à un terrain d’essai spectaculaire, sculptural et architectural. À ce titre, l’œuvre Nunc Stans (1965), en réalité préparatoire à un bas-relief pour l’université de Nanterre, achève d’imposer le trait noir, les hachures bleues et rouges ainsi que le blanc, caractéristiques de cette série à l’échelle d’un mur. Jean Dubuffet n’est pas un peintre de chevalet et s’il élabore ses titres avec des allusions à l’histoire de l’art, à des portraits, des «corps de dame» ou encore des paysages, c’est pour mieux imposer son propre vocabulaire pictural. Dans la Porte au chiendent, l’assemblage et le collage de morceaux de toile qui figurent le sol ont déjà ce rapport au réel que l’on retrouvera dans le cycle des «Phénomènes», bien représentés à Bilbao sous la forme de trois portfolios de lithographies. L’artiste regarde la matière qui l’entoure et, par la magie du papier transfert, s’empare du tangible, rugueux, granuleux, grouillant, pour le ramener dans ses œuvres. Son monde n’est pas abstrait mais bien concret. L’exposition présente ainsi un Jean Dubuffet constructeur, qui n’a eu de cesse de chercher des matériaux et de nouvelles manières de les articuler. En 1983, dans les dernières années de sa vie, alors qu’un handicap réduit son espace de travail à la surface d’un bureau, il réussit encore feuille après feuille à se dépasser et à créer une grande pièce comme Mire G132 (Kowloon). Sans faire aucune impasse, l’exposition célèbre ainsi l’esprit d’assemblage du maître français.
 

«Jean Dubuffet : ardente célébration», Guggenheim Bilbao Museum,
2, avenida Abandoibarra, Bilbao, tél. 
: +34 944 35 90 00.
Jusqu’au 21 août 2022.
www.guggenheim-bilbao.eus
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne