Gazette Drouot logo print

Du Grand Palais à Jérusalem, le miracle suspendu

Publié le , par Vincent Noce

Décidément, le démon rôde au Grand Palais. La magie du lieu semble s’évanouir, dès lors que les historiens de l’art ou les artistes s’approchent de ces espaces aussi vastes qu’incommodes. Laissé sans direction scientifique, l’établissement est livré au bon vouloir des conservateurs des grands musées. Rien ne semble mieux...

© Creative Commons, Flickr, Carlos Perez Du Grand Palais à Jérusalem, le miracle suspendu

© Creative Commons, Flickr, Carlos Perez

Décidément, le démon rôde au Grand Palais. La magie du lieu semble s’évanouir, dès lors que les historiens de l’art ou les artistes s’approchent de ces espaces aussi vastes qu’incommodes. Laissé sans direction scientifique, l’établissement est livré au bon vouloir des conservateurs des grands musées. Rien ne semble mieux illustrer cette descente aux enfers que le paradoxe né de la célébration du centenaire de Rodin. La sculpture semble le médium le plus approprié pour donner vie à ces interminables galeries, a fortiori celle émanant d’un artiste qui a passé ses dernières années à agrandir sans relâche ses formats. Le démembrement et le bricolage des formes auxquels il s’est prêté, la richesse de ses explorations, la diversité de ses sources, la multiplicité de ses techniques fournissent un terreau fertile. Apparemment peu édifié par l’échec du même exercice appliqué au pauvre Picasso, le Grand Palais a de nouveau cédé à la mode de la confrontation avec l’art contemporain. Prisonniers d’une scénographie triste et académique, les apparentements sont aléatoires, allant jusqu’au contre-sens dans le cas d’un artiste comme Baselitz. Demeure Rodin, sur lequel tant peut être dit, et tant a déjà été dit par une chaîne d’historiennes de l’art françaises qui ont renouvelé la lecture de la sculpture, dont les deux commissaires font partie. Le rapprochement du Christ et la Madeleine moulé dans le plâtre et de son exécution en marbre est un moment inoubliable. À un crucifié au cri muet, au corps scarifié et griffé, à une chevelure et à des pieds incisés dans la glaise succède une double torsion lisse et blanche prolongée par un drapé presque élégant. Est-ce la même œuvre ? Il y a deux ans, à l’occasion de l’exposition Rodin à Montréal, Catherine Chevillot elle-même a évoqué la réhabilitation de ces plâtres, longtemps rejetés comme un matériau transitoire alors qu’ils se trouvent au plus proche de la recherche de l’artiste. Elle parlait alors de la «part cachée, “secrète”, du travail d’atelier». Que ne l’a-t-elle dévoilée et mise en scène au Grand Palais, dont le laisser-aller est ici le premier coupable ?

Le rapprochement du Christ et la Madeleine moulé dans le plâtre et de son exécution en marbre est un moment inoubliable.

«Soudain, dans le tombeau du Christ, les appareils de mesure ne répondent plus.» Dans un registre plus parodique, cette parole miraculeuse a été recueillie par frère Laurent-immaculé-brushing-Delahousse sur France 2, dans un reportage illuminé sur la restauration conduite au Saint-Sépulcre. «Il y a des phénomènes qu’on ne peut expliquer, c’est une tombe vivante, s’est exclamé le professeur Antonia Maropoulos, il faut simplement admettre que la force de la croyance ou de la pensée peuvent perturber les champs électro-magnétiques.» On attend la thèse de physique à l’université d’Athènes, où elle enseigne, sur ces phénomènes qu’Einstein n’avait pas su déceler et sur le concept même de «tombe vivante». La nouvelle méritait bien d’occuper le bandeau de la page culture du site du Figaro une semaine durant. Elle ne vaut pas cependant l’information que nous a confiée un des frères de la Mission des chrétiens d’Orient, qui partage la garde de la basilique. Accompagnant un ministre de la Culture français, il eut la surprise de l’entendre chuchoter devant le tombeau : «Quand on pense que Jésus est là-dedans.» On vous laisse en deviner l’auteur, parmi les vingt-trois ministres qui ont succédé à André Malraux…

Les propos publiés dans cette page n’engagent que leur auteur.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne