Gazette Drouot logo print

Deux journées étincelantes : gemmes, orfèvrerie et céramiques en majesté

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 10 avril 2019 - 14:00 (CEST) - Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009

Deux jours de ventes, quatre catalogues et plusieurs spécialités concouraient au résultat de 1 813 105 € de produit vendu en totalité – 1 238 562 € le mardi 9 et 574 543 € le mercredi 10 avril –, emportés par les 720 024 € d’un diamant «faint pink» (reproduit page de gauche). La couleur régnait en maîtresse puisque, après...

Sébastien Leblond (1648-1731), Paris, 1712-1717, pot à eau couvert en argent uni... Deux journées étincelantes : gemmes, orfèvrerie et céramiques en majesté
Sébastien Leblond (1648-1731), Paris, 1712-1717, pot à eau couvert en argent uni à section ovale, piédouche fileté, anse à pans, gravé d’armoiries à supports surmontées d’une couronne comtale, h. 21 cm, poids 872,89 g.
Adjugé : 48 108 

Deux jours de ventes, quatre catalogues et plusieurs spécialités concouraient au résultat de 1 813 105 € de produit vendu en totalité – 1 238 562 € le mardi 9 et 574 543 € le mercredi 10 avril –, emportés par les 720 024 € d’un diamant «faint pink» (reproduit page de gauche). La couleur régnait en maîtresse puisque, après ce délicat rose, les saphirs entraient en scène pour dévoiler leurs bleus profonds. À 40 413 € séduisait ainsi une pierre ovale sri-lankaise de 16,02 ct, présentée sur une bague en platine dans un double entourage de diamants taillés en brillant, à 44 311 €, un collier en or jaune et argent formé d’une chute de trois rangs de perles fines et de culture, la partie frontale ornée d’un saphir coussin du Sri Lanka lui aussi, et à 31 651 €, un bracelet en or jaune sous la forme d’un demi-jonc souple, à décor de chevrons sertis de saphirs et de diamants. Cette dernière pièce est une création des années 1980 de la maison Boucheron. La route était tout aussi précieuse, le mercredi, avec des pièces d’orfèvrerie française des XVIIe et XVIIIe siècles provenant de la collection d’un amateur parisien. Un pot à eau couvert en argent uni poinçonné du maître orfèvre Sébastien Leblond (reproduit ci-contre et page 56 de la Gazette n° 13 du 5 avril, voir l'article Tempête dans un pot d’eau) avançait logiquement au plus haut, à 48 108 €. L’objet est sobre et pur, à l’image de son contenu. À ses côtés, un huilier et ses deux bouchons de Marcoult Langlois (reçu maître en 1715), exposé au musée des Arts décoratifs en 1960 et ayant figuré dans la seconde vente – au palais Galliera en 1971 – de la collection David-Weill retenait 34 816 €. Celui-ci, daté 1714-1715, présente encore les caractéristiques de l’argenterie de l’époque Louis XIV avec son fond amati de lambrequins fleuronnés en applique, assez semblable à celui d’un pot à sucre et son couvercle exécutés par le maître Charles Houasse à Marseille en 1738 (26 587 €). Les quelque cinquante pièces de l’ensemble exprimaient la richesse de l’orfèvrerie française ancienne. Place ensuite aux céramiques, et notamment aux porcelaines de Sèvres. Le groupe en biscuit de porcelaine dure représentant Télémaque chez Calypso, moulé d’après un modèle de Louis-Simon Boizot (1743-1809 - Voir l'article Un biscuit au goût de porcelaine page 63 de la Gazette no 13), était disputé jusqu’à 18 991 €, et une coupe à bouillon à fond pourpre munie de deux anses, livrée aux Tuileries par la manufacture en 1809 afin d’être offerte par Napoléon Ier pour les étrennes, recevait 6 963 €.

Un diamant avançait en vedette, sûr de son éclat, et il avait raison puisque sa délicate couleur «faint pink» soit rose pâle et ses 16,94 ct en demi-t
Un diamant avançait en vedette, sûr de son éclat, et il avait raison puisque sa délicate couleur «faint pink» soit rose pâle et ses 16,94 ct en demi-taille le menaient tout droit vers un résultat de 720 024 € lors de la vacation du mardi 9 avril (cabinet Déchaut-Stetten, expert). Un rapide calcul révèle un prix du carat à 42 504 €. La gemme (reproduite) est posée sur une bague en platine d’une grande simplicité qui la mettait parfaitement en valeur. Rien ne venait détourner le regard de son attrait magnétique. Depuis quelque temps, les diamants de couleur sont les coqueluches des stars américaines, et cette vogue ne semble pas sur le point de s’épuiser…
Quelques grammes de douceur précieuse le sucre est au début du XVIIIe siècle l’une des épices les plus prisées des tables raffinées occidentales et un
Quelques grammes de douceur précieuse le sucre est au début du XVIIIe siècle l’une des épices les plus prisées des tables raffinées occidentales et une enchère de 23 422 € le mercredi 10, gratifiaient ce saupoudroir en argent uni de forme balustre posant sur piédouche. On doit cet objet parisien des années 1702-1703 à l’orfèvre Nicolas François Cheron, reçu maître en 1700. Un témoignage d’une époque où l’orfèvrerie renaissait de ces cendres après avoir fondu dans les chaudrons des efforts de guerre.

Le mercredi 10 avril, la céramique (M. Vandermeersch expert) partageait les vitrines avec une collection d’orfèvrerie. Une faïence de Moustiers des Cl
Le mercredi 10 avril, la céramique (M. Vandermeersch expert) partageait les vitrines avec une collection d’orfèvrerie. Une faïence de Moustiers des Clérissy recevait le plus haut suffrage de la première spécialité : 39 247 €. Il s’agissait de ce bassin de forme ovale muni d’anses, décoré en camaïeu bleu au centre d’une scène de chasse à l’ours, d’après le peintre et graveur florentin Antonio Tempesta (1555-1630). Une composition vaillamment menée vers 1700 dans un atelier confirmé.
Lors de la vente du mardi 9 avril, dans la partie numismatique (Mme Bourgey, expert), la Russie mettait son argent sur la table des enchères. Cette pi
Lors de la vente du mardi 9 avril, dans la partie numismatique (Mme Bourgey, expert), la Russie mettait son argent sur la table des enchères. Cette pièce en platine de 12 roubles (41,31 g) frappée à Saint-Pétersbourg sous le règne de Nicolas Ier (1825-1855) obtenait 33 480 €, et une autre de 2 roubles, au profil cette fois de Pierre Ier (1682-1726), empochait 13 640 € : une toute petite devise pesant seulement 4,04 g d’or, mais d’une très belle qualité.
mercredi 10 avril 2019 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
Fraysse & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne