Galerie Terrades : dessins préparatoires, France et Italie, 1520-1820

Le 23 février 2021, par Zaha Redman
François Boucher (1703-1770), Étude d’homme soufflant dans une trompe et étude de main, 1739, sanguine et rehauts de craie blanche, 170 214 cm (détail). 
© Galerie Terrades

Poursuivant son travail scrupuleux d’édition de catalogues, la galerie Terrades réunit ici des études attachées pour l’essentiel à des œuvres picturales. Le noyau dur se situe entre maniérisme, baroque et néoclassique, c’est-à-dire le triomphe d’un art qui abandonne l’imitation de la nature pour cultiver la beauté de l’idéal, et dans un temps où l’art italien cède progressivement le pas à la France. On voit ainsi, en arrière-plan, le basculement d’une esthétique exaltée à l’italienne vers un goût plus posé et pondéré, à la française.
Le
Lucrèce du Guerchin (1638), qui fait la couverture du catalogue, libre, emporté et tout à la fois très calligraphique, affiche tous les caractères de solidité du Seicento italien, avec une maestria évidente. Aux côtés du Guerchin, un Parmesan de 1528, très michelangélesque, sculptural et méditatif, des œuvres de Federico Zuccaro, Francesco Vanni, Stefano Volpi, Luigi Sabatelli, Pompeo Batoni, ainsi qu’une plume et lavis brun de Benedetto Luti (vers 1692), qui se détache par son clair-obscur très marqué. La sélection française comprend notamment Eustache Le Sueur, Nicolas Lancret, Michel II Corneille, Jean-Marc Nattier, François Boucher, Louis-Léopold Boilly et Charles Meynier. L’Étude de Boucher, une sanguine rehaussée de craie blanche, synthétique et descriptive, évoque parfaitement les expériences de la chasse. La Jeune femme agenouillée, les mains jointes sous le menton (1783) d’Hugues Taraval, une belle pierre noire et sanguine, provient de l’ancienne collection des Goncourt. 

Galerie Terrades,
8, rue d’Alger, Paris 
Ier, tél. : 01 40 20 90 51
www.galerieterrades.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne