Gazette Drouot logo print

Des urnes baroques réinterprétées par Baccarat

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 11 juin 2022 - 14:30 (CEST) - 81 ter, boulevard des Belges - 76000 Rouen

Cette paire élégantissime évoquait le degré de technicité atteint par la manufacture lorraine, cédant de peu la première place à une carte ancienne des États-Unis d’Amérique.

Cristallerie de Baccarat, fin du XIXe siècle. Paire d’urnes couvertes de forme balustre... Des urnes baroques réinterprétées par Baccarat
Cristallerie de Baccarat, fin du XIXe siècle. Paire d’urnes couvertes de forme balustre en cristal, à décor de godrons tors, ornementation en bronze doré et ciselé figurant acanthe et roseaux, h.  66, diam. 30 cm.
Adjugé : 21 875 

Devenues indépendantes le 4 juillet 1776, les anciennes colonies britanniques d’Amérique du Nord sont détaillées sur une carte, parmi les premières du genre : A New Map of the Western Parts of Virginia, Pennsylvania, Maryland, and North Carolina ; comprehending the River Ohio, and all Rivers, which fall into it ; Part of the River Mississipi, the whole of Illinois River, Lake Erie, Part of the Lakes Huron, Michigan & C. Mais si son auteur est Thomas Hutchins (1730-1789), géographe et militaire américain, ce document précieux a été imprimé à Londres en 1778. Il devait s’envoler à 22 500 €, à partir d’une estimation haute de 150 €. Retour dans la vieille Europe, avec cette paire d’urnes couvertes de forme balustre en cristal, de style Louis XV, mais de la fin du XIXe siècle puisque sortie des ateliers de la cristallerie de Baccarat. Elles portent un décor de godrons tors, agrémenté d’une ornementation en bronze doré et ciselé, figurant acanthe et roseaux (h. 66, diam. 30 cm), qui a attiré 21 875 €. Précisons que la manufacture s’inspire là d’un vase en porphyre conservé au musée du Louvre et reproduit dans Les Bronzes dorés français du XVIIIe siècle de Pierre Verlet (Picart, 1987). On terminait sur une note festive, distillée par une bouteille de très vieux rhum de la Jamaïque millésimé… 1760 ! Passé par la célèbre maison de vins et spiritueux d’Émile Martignole à Barcelone, le flacon a été transmis à 6 000 €. En revanche, la météorite n’a pas trouvé preneur (voir l'article Une météorite métallique de 81 kg de la Gazette n° 22, page 144).

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne