Gazette Drouot logo print

De Pompon à Tobacoff, silhouettes du XXe siècle

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 12 décembre 2021 - 14:00 (CET) - 4, avenue Bourbon - 60500 Chantilly

La vente cantilienne était marquée par une diversité de bel aloi, présentant bronzes modernes, design contemporain et même accessoires des maisons de luxe…

François Pompon (1855-1933), Ara, fonte posthume Valsuani reprenant le modèle original... De Pompon à Tobacoff, silhouettes du XXe siècle
François Pompon (1855-1933), Ara, fonte posthume Valsuani reprenant le modèle original de 1929, patine médaille, cachet de fondeur carré «cire perdue C Valsuani» en bas, hauteur 85 cm.
Adjugé : 42 500 


Parmi les nombreuses sculptures présentées par l’opérateur, un volatile aux lignes anguleuses se faisait désirer, particulièrement : l’Ara, créé par François Pompon en 1929, et dont on avait ici une belle version, à travers une fonte posthume Valsuani reprenant le modèle original. Elle présente une remarquable patine médaille, et le cachet carré indiquant «cire perdue C. Valsuani». Le modèle en plâtre de cet artefact (h. 85 cm) est conservé au musée des beaux-arts de Dijon ; il est également connu par une transcription en onyx exécutée par le praticien de Pompon, exposée au Salon d’automne en 1930, et surtout par une fonte originale de la maison Andro à Paris, vers 1930 aussi… On sait que l’ara qui posa pour Pompon (trois fois) s’appelait «Argentine» ; il s’est posé pour l’occasion sur une stèle au traitement rugueux, alors que le sien est, bien entendu, plus lisse. Bien des qualités donc, qui l’ont fait apprivoiser à 42 500 €. Changement d’époque avec un grand classique plus proche de nous, une emblématique sculpture d’Arman, de son vrai nom Armand Fernandez : Violon ; ce bronze (38,5 44,5 44 cm) à plusieurs patines est signé sur le socle et numéroté «I/IV E.A», réalisé en 1999 par la fonderie de Gour. Il séduisait un amateur pour 12 500 €. Au chapitre des arts plus utilitaires, on découvrait une paire d’étonnants fauteuils attribués à Boris Tobacoff, constitués d’une coque en Plexiglas fumé, sur un piétement en métal chromé, et garnis de coussins d’assise blanc cassé (h. 62 cm). Ce modèle légendaire, et si représentatif du design des seventies, a vu le jour en 1971 ; fort appréciées aujourd’hui, ces assises partaient pour 4 000 €. Une malle ancienne tirait également son épingle du jeu, avec 4 750 € : elle porte la marque de la maison «E. Goyard Ainé» et date du tout début du XXe siècle (34 91 53 cm), arborant son traditionnel décor de chevrons.
 

dimanche 12 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
4, avenue Bourbon - 60500 Chantilly
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne