Gazette Drouot logo print

De la peinture souabe au design d’après-guerre

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 04 octobre 2019 - 14:00 (CEST) - Hôtel Alliance, couvent des Minimes, 17, quai de Wault - 59800 Lille

Entre le XVIe siècle et les années 1980, ce sont les fiftie’s qui brillaient avec cette lampe de Jean Royère.

Jean Royère (1902-1981), lampadaire Persane, vers 1950, métal patiné et doré, h.... De la peinture souabe au design d’après-guerre
Jean Royère (1902-1981), lampadaire Persane, vers 1950, métal patiné et doré, h. 183 cm, diam. 60 cm.
Adjugé : 146 000 

Est-ce en raison de ses lignes sinueuses, inspirées par les motifs végétaux de la Perse, ou la perspective de nouveaux débouchés proche-orientaux envisagés par son auteur ? Ce lampadaire à sept bras de lumière porte le nom de Persane et il a été imaginé par Jean Royère vers 1950 (voir l'article Royère se tourne vers l’Orient de la Gazette n° 32, page 112). Les formes souples et ondulantes de ses créations, s’inscrivent parfaitement dans la tendance organique qui s’empare du mobilier après la Seconde Guerre mondiale. Dans tous les cas, un vent de fraîcheur et de jeunesse, très apprécié aujourd’hui comme en témoignent les 146 000 € récoltés par notre luminaire. De belles enchères aussi au rayon des tableaux, avec sans surprise, le score de 31 000 € attribué à une toile de Robert Combas où apparaît un étrange être minéral sous un ciel chargé. D’où le titre de Personnage montagne, pour cette œuvre signée et datée de 1989 (88,5 76 cm). Cette fantaisie débridée avait, curieusement, une parenté avec celle, plus kitsch, d’une Esmeralda (h. 98 cm) en bronze d’Augustin Moreau (10 800 €). On remontait ensuite le temps avec une délicate Sainte Famille avec sainte Anne attribuée à Nicolas Loir (25 30 cm) ; on le sait, le peintre, fervent admirateur de Nicolas Poussin, peindra des scènes mythologiques et religieuses, que certains prendront, plus tard, pour des réalisations du maître des Andelys. L’huile sur cuivre trouvait ici preneur à 10 560 €. Plus anciens encore, deux panneaux peints nommés La Circoncision (70,5 57 cm) et La Nativité (71 57 cm), dus à un artiste de l’école souabe des alentours de 1500, étaient enlevés ensemble pour 7 440 €. Tandis qu’un autre panneau peint, relevant de l’école de Bruges et représentant un Adorant, attirait 7 200 €. Pour ce même tarif, on avait une paire de flambeaux en argent, fabriquée à Liège en 1744, par le maître orfèvre «PD», pour un poids total de 875 g.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne