Gazette Drouot logo print

De Camille Pissarro à Diego Giacometti, les charmes de la vie simple

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 16 novembre 2020 - 14:30 (CET) - 32, place des Lices - 35000 Rennes

Vedettes de la peinture et de la sculpture modernes à la recherche d’authenticité, les deux noms se partageaient le devant de la scène rennaise. 

Camille Pissarro (1830-1903), Foire de la Saint-Martin, Pontoise, la marchande de... De Camille Pissarro  à Diego Giacometti,  les charmes de la vie simple
Camille Pissarro (1830-1903), Foire de la Saint-Martin, Pontoise, la marchande de marrons, aquarelle, non signée, située en bas à droite, 25,2 17,7 cm.
Adjugé : 60 325 

Il s’agit d’une des plus anciennes fêtes de l’Ile-de-France : la foire de la Saint-Martin à Pontoise, un événement majeur de cette ville qui a lieu le 11 novembre chaque année, et ce depuis 1170… L’une de ses scènes n’est pas passée inaperçue pour Camille Pissarro, qui a fixé La Marchande de marrons à travers cette subtile aquarelle sur papier (25,2 17,7 cm). L’œuvre – accompagnée d’une lettre d’expertise de Joachim Pissarro, attestant que cette aquarelle sera incluse dans le prochain catalogue raisonné des dessins et aquarelles du maître impressionniste – évoque les nombreuses toiles qui seront inspirées à Pissarro par la région tant aimée de Pontoise. Elle prenait la première place avec une enchère de 60 325 €. Développant une matière très personnelle, et une palette marquée par le fauvisme, Armand Guillaumin livrait ici La Roche de l’Écho, Crozant (50 61 cm) ; l’huile sur toile date des alentours de 1905 et est signée, titrée, datée et annotée au dos : « 25 bre soir (tard) ». Muni d’un certificat du Comité Guillaumin, le tableau a été acquis pour 33 655 €. Avec 31 115 €, on pouvait également décrocher un impressionnant travail de Georges Mathieu, nommé Calao (48,5 63 cm), soit une peinture dorée et collage de papier feutre rouge sur papier noir ; ses derniers propriétaires l’avaient acquise à la galerie Protée, à Paris, il y a une trentaine d’années. Un Breton prenait la relève à 19 050 € : Albert Clouard, auteur du Pont de Ploumanach, une huile sur carton (43 54 cm) reproduite dans l’ouvrage de Bruno Belleil, Albert Clouard : les derniers feux du symbolisme en Bretagne de 1992 (page 68). Enfin, du côté des sculpteurs, on devait à Diego Giacometti ce Hibou, un bronze à patine brune nuancée, non signé (h. 10,5 cm). Une attestation de Bruno Giacometti, frère de Diego, indique que son premier possesseur, Norbert Baillen, a acquis l’œuvre directement auprès de son créateur. Cette fois, elle a inscrit 37 465 €.

lundi 16 novembre 2020 - 14:30 (CET) - Live
32, place des Lices - 35000 Rennes
Rennes Enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne