Gazette Drouot logo print

De Bernard Buffet à Robert Combas

Publié le , par Philippe Dufour

Une vente lyonnaise nous offrait un beau panorama de la peinture moderne et contemporaine, de Bernard Buffet à Robert Combas, en passant par Lé Phô.

Robert Combas (né en 1957), Les Compères guillerets, 1987, acrylique sur toile fine... De Bernard Buffet à Robert Combas
Robert Combas (né en 1957), Les Compères guillerets, 1987, acrylique sur toile fine contrecollée sur toile épaisse, signé, daté en bas à droite, 80 80 cm.
Adjugé : 82 500 


Débutons notre tour des cimaises par l’un des artistes les plus plébiscités parmi les représentants du mouvement de la figuration libre : Robert Combas. Il signait Les Compères guillerets, composition datée «1987». Peinte à l’acrylique sur toile fine, contrecollée sur toile épaisse (80 80 cm), l’œuvre forcément iconoclaste est signée et porte au dos une étiquette de la galerie Yvon Lambert, à Paris. Cependant, elle a été acquise par son dernier propriétaire à la galerie de Bellecour, à Lyon, en 1988. L’atelier Combas ayant confirmé que cette œuvre est bien répertoriée dans ses archives, la composition s’envolait à 82 500 €, bataillée entre quinze téléphones et le live… D’une facture plus romantique, l’œuvre suivante, par Lé Phô, montrait réunis en un bouquet Les Pivoines et les delphiniums. Pour cette huile sur soie contrecollée sur Isorel et titrée au dos (73 54 cm), on devait offrir 50 000 €. Un autre maître de la nature morte lui a fait concurrence avec 48 750 € : Bernard Buffet en personne, avec des Cosmos rouges dans une potiche saisis en 1967, une technique mixte sur papier (voir l'article Bernard Buffet, Lé Phô, Ahmed Cherkaoui de la Gazette n° 38, page 118). Le tableau (65 50 cm) porte au dos un timbre humide de David Garnier, et le numéro manuscrit «574» (œuvre répertoriée dans les archives de la galerie Maurice Garnier). Avec l’Indien Sakti Burman, place à un univers plus habité… Beautés des ruines est une toile (73 60 cm) reprenant les thèmes et les figures de l’Inde ancienne, qui lui sont chers ; et ses admirateurs ont dû rivaliser jusqu’à 45 625 € pour s’en saisir. Tout aussi spirituel, le travail de Léopold Survage s’est illustré à son tour par un tableau célébrant un Couple fixé en 1958 (55 46 cm) ; l’artiste aux accents cubistes a reçu 11 250 €. Enfin, le convoité Ahmed Cherkaoui était présent à travers une Composition de 1962 achetée 10 000 €, une technique mixte sur toile collée sur carton (21 22,5 cm) dont l’authenticité a été confirmée par son fils Noureddine Cherkaoui.

samedi 06 novembre 2021 - 14:30 (CET) - Live
8, rue de Castries - 69002 Lyon
Conan Belleville Hôtel d’Ainay
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne