Gazette Drouot logo print

Dans la plaine féconde du street art

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Dran, Maye et JonOne formaient le trio gagnant de cette vacation, chacun ayant su prendre à sa manière le train de l’art urbain contemporain.

Dran (né en 1979), La Plaine, 2017, huile sur toile, 60 x 73 cm. Adjugé : 117 000 €... Dans la plaine féconde du street art
Dran (né en 1979), La Plaine, 2017, huile sur toile, 60 73 cm.
Adjugé : 117 000 

Le Toulousain Dran, issu de la scène graffiti et considéré comme un électron libre, est de plus en plus souvent l’invité vedette de ces vacations dédiées au street art (voir l'article Dran et Van Gogh entre ville et campagne page 46 de la Gazette n° 37). Après son record mondial de 158 600 € enregistré le 30 mars dernier à Paris – et par la même maison – avec Starry Night in The South West of France (voir l'article Dran : Van Gogh revival de la Gazette n° 14, page 72), c’est à nouveau avec un hommage à Van Gogh qu’il recevait le plus haut suffrage de l’après-midi. Sa Plaine, peinte en 2017 et montrant l’artiste maudit étendu dans le champ d’Auvers-sur-Oise où il s’est donné la mort, acceptait 117 000 € et s’installait ainsi à la deuxième place de son palmarès (source : Artnet). De lui également, La Panthère rose (81 65 cm), une toile réalisée à la peinture aérosol et au pastel gras, inscrivait 61 100 € et dans la foulée, obtenait la troisième ! Celle-ci renvoie plus directement à son art critique de la société contemporaine au moyen de l’humour noir et du cynisme. Les enfants en sont les vecteurs : à travers leurs délires inquiétants évoquant plus des cauchemars que de doux rêves, ils l’aident à faire passer ses messages. Le regard désenchanté de celui qui définit son travail comme une pratique récréative, quotidienne et sans règle fait de plus en plus d’émules. Il est vrai que sous un trait faussement simple se cache une vraie maîtrise picturale. Ceci plus cela expliquent sans doute son succès. Les Français s’offraient donc les plus hauts prix de ce podium de l’art urbain actuel – à regarder aussi les 63 700 € du Train de vie (195 130 cm) de 2020-2021 du Montpelliérain Maye (né en 1990) –, devant les Américains JonOne (né en 1963) avec Autumn Leaves (200 260 cm), une huile sur toile de 2016 (37 700 €), et Futura 2000 (né en 1965) pour une peinture à l’aérosol émaillée sur toile Sans titre n° 9, de 1985 (29 250 €).

mardi 26 octobre 2021 - 14:30 (CEST) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Digard Auction
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne