facebook
Gazette Drouot logo print

Dans la course, au volant d’une Alpine Renault A110

Le 01 mars 2018, par Philippe Dufour

C’est un véhicule français qui arrivait en tête de cette vacation bordelaise dédiée aux automobiles de collection. Une Alpine Renault A110 berlinette type V85, 1300 VC, de 1976, stoppait en effet à 70 928 €, triplant largement son estimation. Destiné à remplacer l’A108, ce modèle est présenté pour la première fois au Salon…

Dans la course, au volant d’une Alpine Renault A110
Renault Alpine A110, berlinette type V85, 1300 VC de 1976, numéro de série 16 083.
Adjugé : 70 928 €

C’est un véhicule français qui arrivait en tête de cette vacation bordelaise dédiée aux automobiles de collection. Une Alpine Renault A110 berlinette type V85, 1300 VC, de 1976, stoppait en effet à 70 928 €, triplant largement son estimation. Destiné à remplacer l’A108, ce modèle est présenté pour la première fois au Salon de Paris en 1962. Il sera décliné en deux versions : le cabriolet, et surtout la berlinette, apte au «Tour de France automobile» ; elle devient très vite l’une des machines de vitesse les plus recherchées des années 1960-1970, avec une participation aux compétitions françaises et internationales, sous la conduite des meilleurs pilotes. À l’instar d’Ove Andersson qui, à son volant, prend la première place lors du rallye de Monte-Carlo en 1971. De couleur bleue, l’Alpine vendue ce 24 février arborait une carrosserie AA100 (n° 7675), qui provenait peut-être d’un modèle plus ancien, ainsi que le moteur Gordini 1300 type 821-00. Celui-ci affichait 103 CV SAE et était alimenté par deux carburateurs double corps Weber. Quelques détails supplémentaires d’origine étaient aussi très appréciés, comme sa sellerie en simili noir et ses jantes en alliage léger Alpine. Place ensuite à une voiture de prestige, puisqu’il s’agissait d’une Rolls Royce berline 4 portes de type Silver Shadow, immatriculée le 23 décembre 1972. De couleur gris métallisé, et à la sellerie en cuir fauve, ce modèle (n°  ESRX 14240) à conduite française est équipé d’un moteur V8 de 6 750 cm3, pour 200 CV. Un passionné la démarrait contre 21 000 €. Deux Austin Healey la suivaient à distance, avec respectivement 10 320 et 9 000 €. La première était un cabriolet type Sprite MKIII de 1964, paré de ce vert tonique nommé «British Racing Green» ; une décapotable qui cachait sous son capot un moteur de 4 cylindres de 1098 cm3 alimentés par deux carburateurs SU. La seconde, semblable, différait par sa couleur, noire, et l’année de mise en circulation : 1965. Quant à l’Austin Healey, modèle roadster 100/6, présentée dans la Gazette n° 7, page 88, elle n’a pas trouvé preneur. 

Véhicules anciens et de collection
samedi 24 février 2018 - 14:30 (CET)
12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux
Briscadieu
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne