Gazette Drouot logo print

Copie d'un carton par l’atelier de Rubens

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 29 janvier 2023 - 10:30 (CET) - 19, rue André-Tempez - 80600 Doullens

Datée vers 1670, cette grande peinture est une réplique par l’atelier de Rubens du carton réalisé par le maître pour une tapisserie destinée à une importante commande de l’infante Isabelle d’Autriche.

École de Pierre Paul Rubens (1577-1640), vers 1670, Le Triomphe de l’Eucharistie... Copie d'un carton par l’atelier de Rubens
École de Pierre Paul Rubens (1577-1640), vers 1670, Le Triomphe de l’Eucharistie sur l’idolâtrie, huile sur toile, 110 169 cm.
Estimation : 35 000/45 000 

C’est vers 1625 qu’Isabel Clara Eugenia, fille de Philippe II d’Espagne, épouse de l’archiduc Albert d’Autriche et elle-même gouverneur des Pays-Bas, commande à Pierre Paul Rubens une série de vingt cartons de tapisserie sur le thème de l’Eucharistie, un dogme majeur du catholicisme cher à l’infante ainsi qu’au couvent des franciscaines de Madrid, le monastère des Descalzas Reales, auquel ces ouvrages tissés à Bruxelles étaient destinés et où ils sont toujours exposés. L’église du couvent était en effet célèbre pour ses cérémonies en l’honneur du Saint-Sacrement. Peint vers 1670 dans l’atelier du maître flamand par une main sans aucun doute experte, ce Triomphe de l’Eucharistie sur l’idolâtrie, au cadre d’époque recoupé, correspond à l’un des six cartons exposés aujourd’hui au musée du Prado. Ils sont considérés comme des œuvres majeures et pleinement abouties du maître. Celui-ci a participé avec le soutien des archiducs au développement des arts à Bruxelles et dans tout le pays. Ensemble, ils développèrent et diffusèrent la peinture baroque, comme l’illustre ce grand tableau. Dans un encadrement de colonnes torses, des personnages, s’adonnant à un culte païen de sacrifice avec une vache, se font surprendre par un ange tendant le calice. La surprise, voire la terreur, se lit aisément sur leurs visages d’une grande expressivité. Cette scène monumentale présente toutes les caractéristiques du style de Pierre Paul Rubens, avec ce mouvement régnant tant sur l’ensemble de la composition, aux lignes de construction en diagonale et ascensionnelles, que sur chaque corps à la musculature sculpturale ou aux vêtements tourmentés. Enfin, l’aiguière en bronze au sol tout comme les jambes sortant du cadre offrent une étonnante perspective ainsi que cet effet de trompe l’œil propre aux plus magistrales décorations baroques.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne