Gazette Drouot logo print

Collection Marcel Sztejnberg III : la parole est d’argent

Publié le , par Claire Papon
Vente le 04 février 2022 - 14:00 (CET) - Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009

Diversité des pièces et des juridictions, renommée des orfèvres, ce troisième opus de la collection Marcel Sztejnberg mérite le détour.

Sébastien Igonet. Aiguière en argent sur piédouche bordé de filets enrubannés, décoré... Collection Marcel Sztejnberg III : la parole est d’argent
Sébastien Igonet. Aiguière en argent sur piédouche bordé de filets enrubannés, décoré en applique de roseaux ondulant, bec verseur souligné d’une tête de dieu barbu, Paris, 1738-1739, h. 25 cm.
Estimation : 8 000/10 000 €
Adjugé : 60 160 €

On ne change pas une équipe qui gagne, ni une date qui porte chance… Il y a un an jour pour jour, le 4 février 2021, la première partie de cette collection — réunie depuis le milieu des années 1970 — recueillait presque 2 M€. On se battait notamment bien au-delà de l’estimation, jusqu’à 243 200 €, pour une paire de flambeaux «à la financière» du Clermontois Antoine Ier Neyrat, datée 1687. Une paire similaire prend le chemin des enchères : elle est l’œuvre de l’orfèvre montpelliérain Pierre Coudougnan et a vu le jour en 1675. Le modèle est le même et la taille semblable (16,5 cm). À savoir un fût carré à décor de canaux ou de fagots de petites bougies partant d’une collerette agrémentée de godrons. Elle est annoncée à 50 000/60 000 €. Au rayon des découvertes – et des surprises possibles –, on surveillera une aiguière parisienne de Sébastien Igonet. Si l’homme est connu pour ses pièces de qualité, celle-ci est remarquable par son décor original de roseaux ployant sous le vent émergeant d’une onde en mouvement (8 000/10 000 €, voir photo). De François-Thomas Germain, une écuelle (1764-1765) aux oreilles finement ciselées de rocailles et coquilles est espérée entre 10 000 et 20 000 €. Un détail qui a son importance : l’absence d’usure sur sa bordure indique qu’initialement elle n’avait pas de couvercle. De Pierre-Ignace II Thiebault, à Salins en Franche-Comté, un huilier-vinaigrier de 1781-1782, modestement estimé 1 500/2 000 €, se signale par le raffinement du décor des bouchons et des supports des flacons en cristal, de branches d’olivier pour l’un, de pampres de vigne pour l’autre. S’il est un motif réussi, tout en étant typique de la Bretagne, c’est celui de chou qui orne le frétel d’une soupière de la juridiction de Nantes, mais exécutée, en 1786, à Guingamp par un certain Jérôme Le Scan (8 000/10 000 €). Un saupoudroir de Jean Buchet, à Rennes (1698-1700), ciselé sur le pourtour de larges godrons (15 000/20 000 €) voisine avec une cuillère à pot (à oille) d’Antoine Plot (Paris, 1736-1737) présentée avec son écrin (1 000/1 200 €), un couvert à découper du coutelier Gille, à Rouen, d’époque Restauration, à manche en pied de chevreuil (800/1 000 €). La chasse est ouverte…

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne