Gazette Drouot logo print

Collection Jean Riechers, autour des natures mortes

Publié le , par Anne Foster
Vente le 24 juin 2019 - 14:30 (CEST) - Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009

Érudits passionnés, Yvonne et Jean Riechers ont réuni à partir des années 1950 une collection de tableaux anciens. Recherchant des artistes méconnus ou tombés dans l’oubli, ils ont aussi porté haut un genre longtemps déconsidéré.

Osias Beert l’Ancien (vers 1580-1624) et son atelier, Plat d’artichauts, coupe de... Collection Jean Riechers, autour des natures mortes
Osias Beert l’Ancien (vers 1580-1624) et son atelier, Plat d’artichauts, coupe de framboises, timbale de mûres et coupe de cerises, huile sur panneau de chêne, 53,4 84,4 cm.
Estimation : 80 000/120 000 
D’une famille d’industriels spécialisés dans la dentelle, Jean Riechers (1898-1974) et son épouse Yvonne (1905-1986) dirigèrent une entreprise de renommée internationale, installée à Calais. Dès sa création, au XIX e   siècle, cette maison fournit le prêt-à-porter de luxe et la haute couture internationale. Le couple avait une autre passion, les tableaux anciens. En 1934, l’exposition «Les peintres de la réalité» présentée à l’Orangerie remet au goût du jour la nature morte française  ; près de vingt ans plus tard, l’historien d’art Charles Sterling publiera un ouvrage majeur sur La Nature morte, de l’Antiquité au XX e  siècle   (1952). C’est dès la fin de la Seconde Guerre mondiale qu’Yvonne et Jean Riechers commencent à réunir «l’une des collections d’art les plus importantes et les plus originales en France, estime Stéphane Pinta. Ils ont une prédilection pour les natures mortes de la première moitié du XVII e   siècle réalisées par des peintres de la réalité flamands, parfois allemands, et français.» Cet ensemble regroupe en particulier celles peintes par des artistes parisiens protestants. Le couple achète chez le marchand Curt Benedict et auprès des galeries François Heim, Marcus et Pardo. Jean Riechers entretient une correspondance avec Charles Sterling et un rapport privilégié avec les conservateurs du Louvre  ; cette proximité les amène à faire don au musée du Calvaire de David Teniers l’Ancien, en  1972, et d’une nature morte de Juan de  Espinosa,…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous
lundi 24 juin 2019 - 14:30 (CEST) - Live
Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009 Paris
Ader
Lire les articles liés à la vente