facebook
Gazette Drouot logo print

Collection d’armes africaines

Le 13 mars 2019, par Caroline Legrand

Plus de trois cents lots d’armes courtes africaines sabres, haches, poires à poudre, pectoraux protecteurs ou couteaux , aux estimations comprises entre 10 et 8 000 €, composent ce programme. Toutes proviennent d’une même collection, débutée en 1931 par un restaurateur d’étain passionné par le travail du métal. Les antiquaires…

Collection  d’armes  africaines
Fang, Gabon. Grand sabre de guerrier, fourreau en bois gainé de feuilles de laiton, l. 52 cm.
Estimation : 4 000/8 000 

Plus de trois cents lots d’armes courtes africaines sabres, haches, poires à poudre, pectoraux protecteurs ou couteaux , aux estimations comprises entre 10 et 8 000 €, composent ce programme. Toutes proviennent d’une même collection, débutée en 1931 par un restaurateur d’étain passionné par le travail du métal. Les antiquaires auprès desquels il achetait lui proposaient des objets de belle qualité, jamais passés en vente et provenant de grandes collections. Ainsi put-il acquérir, en 1943, un ensemble ayant appartenu au caporal Mazier. Ce dernier avait collecté des objets d’art africain lors de la première mission de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo, en 1875-1878. Parmi les plus belles pièces de cette provenance figurent cet ancien sabre de guerrier, à la lame lancéolée à décor géométrique, au quillon en forme de pagode et au fourreau en bois gainé de feuilles de laiton travaillées au repoussé. Des chaînes de préhension ainsi que deux petites cornes magiques sont également fixées à la dragonne en laiton. Du peuple téké du Congo, nous retiendrons une exceptionnelle hache de chef en métal, bois et laiton en forme d’éventail, et au rare manche droit recouvert d’une feuille de laiton richement décorée au repoussé, et garnie de clous et fil de laiton (2 500/5 000 €). Citons encore une ancienne récade  un sceptre  royale des Fon du Dahomey, décorée sur le fût d’un oiseau perché sur un obusier et recouvert d’une feuille d’argent au décor au repoussé (2 000/3 000 €). Ce dernier objet provient de l’ancienne collection Alfred Testard de Marans, arrivé au Sénégal le 13 janvier 1889 et chargé de la direction du service administratif lors de l’organisation de l’expédition du Dahomey. Ces armes de guerre, rituelles ou de chef seront accompagnées d’une statuette d’autel en bois et fibres tressées, représentant une tête à la coiffure crantée surmontant une poignée entourée d’une jupe finement tressée, visible sur une photo prise en 1878 lors de l’expédition Brazza (8 000/12 000 €)). Un objet dit «fétiche de tambour de mort» dont on ne connaît pas d’équivalent à ce jour et dont la fonction demeure mystérieuse sans doute liée à la guerre ou aux exécutions de prisonniers.

Armes courtes africaines
samedi 23 mars 2019 - 14:30 (CET)
8 bis, rue Chaptal - 44100 Nantes
Salorges Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne