facebook
Gazette Drouot logo print

Clément Hervieu-Léger

Le 05 avril 2018, par La Gazette Drouot

Il vient d’être nommé sociétaire de la Comédie-Française. Clément Hervieu-Léger y endosse le costume de metteur en scène jusqu’au 12 avril dans Le Petit-Maître corrigé de Marivaux, puis dans L’Éveil du printemps de Frank Wedekind, du 14 avril au 8 juillet.

Clément Hervieu-Léger
Clément Hervieu-Léger
© Stéphane Lavoué, coll. Comédie-Française

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo…
Plutôt photo s’il s’agit des œuvres qui m’entourent au quotidien. Mais la peinture comme la sculpture ne sont jamais loin de mon travail de mise en scène.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Le disque Enfers de Stéphane Degout et Raphaël Pichon. Stéphane Degout fait partie de ces artistes lyriques qui font du chant une parole nécessaire. Dans un tout autre genre, le Saut Hermès, au Grand Palais.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Un portrait de Chardin, un marbre de Rodin, un collage de Matisse, une huile de Nicolas de Staël, une photo de Giacometti, une encre de Soulages… Quitte à rêver !
L’artiste qui vous touche ?
En ce moment, une jeune photographe, Juliette Parisot, qui a réalisé une magnifique série intitulée « L’heure bleue ». Et Richard Peduzzi, avec qui je travaille actuellement sur L’Éveil du printemps. Ses décors mêlent peinture et architecture. Là aussi, il est question de bleu…
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Classique ou contemporain ? Voilà un débat que je n’aime pas beaucoup. Ce qui m’importe, c’est qu’une œuvre d’art m’aide à appréhender le monde. Mais s’il me fallait néanmoins choisir, sans doute commencerais-je par faire un tour à la Biennale.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Mon cœur. Mon cœur seul…

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne