Gazette Drouot logo print

Christian de Portzamparc, les inspirations d’un architecte-collectionneur

Publié le , par Thomas Bravo-Maza

Son architecture puissante et raffinée lui a valu tous les honneurs. En duo avec son épouse Elizabeth, il se nourrit d'un amour ardent pour les arts depuis plus de quarante ans. Ce couple singulier de créateurs nous a ouvert les portes de son appartement parisien.

Elizabeth et Christian de Portzamparc devant une œuvre Sans titre d’Elizabeth, et... Christian de Portzamparc, les inspirations d’un architecte-collectionneur
Elizabeth et Christian de Portzamparc devant une œuvre Sans titre d’Elizabeth, et à droite, un tableau Sans titre de Jean-Pierre Pincemin.
© Thomas Bravo-Maza
L’architecture, c’est quelque chose de très sérieux. Elle a donné son nom aux époques et il en sera toujours ainsi.» «Sérieux»  : le mot de Mies Van der Rohe (1886-1969) ne pourrait mieux qualifier le pedigree de Christian de Portzamparc  : Équerre d’argent (1988), Grand Prix national de l’architecture (1993) et de l’urbanisme (2004), Praemium Imperiale (2018), sans oublier le nec plus ultra des architectes, le Pritzker Prize, équivalent du Nobel, qu’il rafla en 1994. À 80 ans, c’est un homme encore très occupé qui nous reçoit à proximité de la tour Eiffel, dans l’air limpide d’un après-midi de printemps. Vaste et clair, l’appartement de Christian et Elizabeth de Portzamparc est une véritable galerie d’art. Mais il est frappant d’y ressentir non pas le poids d’une accumulation d’objets mais, bien au contraire, une impression de légèreté, presque d’apesanteur. Christian de Portzamparc convoque Lao Tseu à dessein  : «Ma maison, ce n’est pas les murs, ce n’est pas le sol, ce n’est pas le toit, c’est le vide contenu entre toutes choses, car c’est là que j’habite.» ( Tao Te King , VI e   siècle av. J.-C.). Entendons par là un vide qui n’est pas le rien,…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous