Château d'Écouen, 40 ans d'acquisitions

Le 19 mai 2017, par Annick Colonna-Césari
En quatre décennies, le Musée national de la Renaissance a réalisé des acquisitions majeures, grâce à une veille constante sur le marché.
Léonard Limosin, Portrait de Pâris, d’un lot de trois plaques en émail de Limoges préemptées à Paris, février en 2009.
© RMN - GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCOUEN) / STÉPHANE MARÉCHALLE

Parmi les récentes acquisitions du château d’Écouen figure une tenture flamande de cuir peint, oubliée au fond d’une galerie parisienne. Datant du XVIIe siècle, elle illustre la Bataille de Gelboë, durant laquelle le roi Saül, blessé, ne supportant ni la défaite ni la mort de trois de ses fils, se suicide avec son épée. Une pièce rarissime, et un trésor pour le musée, qui détient deux autres de ces éléments de décor typiques de l’époque, l’un réalisé à Bruxelles, l’autre à Anvers, et dont il est seul, en France, à conserver la trace. Chaque année, entre dix et quinze œuvres sont ainsi accueillies dans ses murs. Depuis l’ouverture en 1977, un bon millier de pièces a enrichi le fonds Renaissance du musée de Cluny, qui compose la base de la collection d’Écouen. Aujourd’hui, il en gère plus de 11 000, retraçant la création artistique européenne de la période dans les arts décoratifs, l’orfèvrerie, la céramique, la verrerie, les arts du textile et du métal.

En 2000, À Drouot, une acquisition d’écouen défraie la chronique : vingt plaques en émail peint sur cuivre de lÉonard Limosin réalisées vers 1735

Ne rien perdre de vue
La politique d’acquisition de Thierry Crépin-Leblond, qui a pris les rênes de l’institution en 2005 (voir interview page 194), repose sur deux axes : combler les éventuelles lacunes de la collection et saisir les opportunités, en maintenant une activité de veille constante sur le marché. Un noyau de huit personnes, conservateurs et chargés d’études documentaires, assure la vigilance. La Gazette Drouot est scrutée, et les catalogues de ventes épluchés. Des relations sont entretenues avec les acteurs des sociétés d’enchères et les marchands, spécialistes de la Haute Époque, français et étrangers. Occasion de rencontres, les foires internationales, notamment Maastricht et la Biennale des antiquaires, à Paris, constituent des terrains de repérage privilégiés, tout comme les expositions, dans lesquelles se dévoilent parfois des œuvres, détenues en mains privées, susceptibles d’être un jour remises sur le marché. «Ne rien perdre de vue, avoir de la mémoire» : tel est le credo du maître des lieux. Mais les rapports entre le monde des musées et le marché de l’art s’avèrent souvent délicats. «Autrefois, ils étaient plus simples, analyse Thierry Crépin-Leblond. Au XIXe siècle, les conservateurs pouvaient conseiller les collectionneurs.» Depuis l’après-guerre, à mesure que le marché se développait, les liens entre les deux parties se sont distendus. «Ces dernières années, estime-t-il, on a trop présenté les œuvres sous l’angle de l’investissement financier, au détriment de leur intérêt artistique.» Des cotes parfois artificielles ont accentué la défiance. Durant la décennie 1990, la céramique d’Iznik, l’un des joyaux du château d’Écouen, s’est ainsi enflammée. Et dans la foulée, la majolique italienne est devenue un refuge de placement. À présent, c’est l’émail de Limoges qui opère un retour en grâce, sous l’effet, peut-être, avance le conservateur, de la très médiatique vente Bergé-Saint Laurent organisée en 2009 par Christie’s à Paris.

 

Pavement du château de Polisy, classé «trésor national» (détail), acheté en 2008 à la galerie kugel. © RMN - GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CH
Pavement du château de Polisy, classé «trésor national» (détail), acheté en 2008 à la galerie kugel.
© RMN - GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCOUEN) / STÉPHANE MARÉCHALLE / RENÉ-GABRIEL OJEDA

Des collections des musées servant d’étalon au marché 
«Marchands et conservateurs doivent retrouver des conditions sereines d’échange, insiste Thierry Crépin-Leblond, parce que nous avons tout à gagner à travailler en bonne intelligence, entre notre savoir et leur coup d’œil, leur flair. Et ceci d’autant plus que les collections des musées servent d’étalon au marché. Pour ma part, de toute manière, lorsque je repère des œuvres, j’examine d’abord leur valeur esthétique, historique, et je n’aborde qu’ensuite les questions de prix.» Reste ensuite à trouver les moyens financiers. Ce qui n’est pas une mince affaire. Le château d’Écouen ne disposant pas d’un budget spécifique aux achats, ces derniers dépendent des crédits d’acquisition des musées nationaux, de plus en plus réduits (1,2 M€ en 2016). Pour les pièces exceptionnelles, il est possible de recourir au Fonds du patrimoine. Et bien sûr au mécénat, encouragé par les lois de 2002 et 2003, qui accordent des déductions fiscales aux entreprises (à hauteur de 90 % pour les œuvres classées «trésors nationaux» ou labellisées «d’intérêt patrimonial majeur»). Encore faut-il s’attirer les bonnes grâces des candidats.

 

Aiguière en céramique de Saint-Porchaire, achetée à Monaco en 1987. ©RMN- GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCOUEN) / MATHIEU RABEAU.
Aiguière en céramique de Saint-Porchaire, achetée à Monaco en 1987.
©RMN- GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCOUEN) / MATHIEU RABEAU.

L’art d’acquérir des œuvres
En quatre décennies d’existence, et malgré des budgets serrés, le musée a pu effectuer des acquisitions majeures. En 1987, lors de la vente de la collection Ganay, menée par Sotheby’s à Monaco, une rare aiguière en céramique de Saint-Porchaire a été achetée l’équivalent de 670 000 €. En 1991, proposée par la galerie Chevalier, la tenture des Fruits de la guerre, tissée à Bruxelles dans les 1545-1548 d’après les cartons de Giulio Romano, a rejoint Écouen. Tout comme en 1997, une exceptionnelle bouteille en verre bleu émaillé, aux armes de Catherine de Médicis, mise en vente à l’Hôtel Drouot. À cause de sa singularité, elle n’avait alors guère suscité l’enthousiasme. «Mais le musée connaissait l’inventaire de Catherine, et s’en est emparé sans batailles d’enchères», sourit Thierry Crépin-Leblond. En 2000, une autre acquisition défrayait la chronique, sous le marteau de Raymond de Nicolay à Drouot : vingt plaques en émail peint sur cuivre représentant des sibylles, apôtres et prophètes, réalisées vers 1535 par le fameux Léonard Limosin et appartenant à la collection Rothschild. «Le milieu connaissait leur existence, néanmoins leur apparition a surpris tout le monde.» À peine nommé directeur, Thierry Crépin-Leblond se lançait dans l’arène. « J’avais repéré à la Biennale des antiquaires, une paire de salières en majolique, aux armes de Guillaume V de Bavière. Mais faute de maîtriser les codes et d’avoir précisé que je posais une option, elles m’ont échappé. » Quelque temps plus tard, leur propriétaire les revendait au musée. Certaines années se sont par la suite révélées particulièrement fertiles. En 2008, deux tapisseries de l’Histoire de Diane, issues d’un ensemble commandé en 1550 par Henri II pour Diane de Poitiers, ont refait surface, proposées par un marchand milanais. «Personne ne les connaissait !», s’enthousiasme toujours Thierry Crépin-Leblond. Ces précieux témoignages de l’art des liciers parisiens, dont seuls quatre autres exemplaires sont répertoriés, trois aux États-Unis et le dernier au musée de Rouen, ont rallié Écouen pour 1,8 M€, puisés en grande partie dans le Fonds du patrimoine. En 2008 encore, le musée se distinguait à nouveau par l’achat d’un splendide pavement en faïence de 28 mètres carrés, provenant du salon d’honneur du château de Polisy, dans l’Aube. Reconnu «trésor national», il a été acquis auprès de la galerie Kugel, grâce au mécénat du groupe AXA, pour la somme de 2,2 M€.

 

Le château d’Écouen, édifié par le connétable de France Anne de Montmorency au XVIe siècle, abrite depuis 1977 le Musée national de la Renaissance
Le château d’Écouen, édifié par le connétable de France Anne de Montmorency au XVIe siècle, abrite depuis 1977 le Musée national de la Renaissance

Dernières trouvailles
En 2009, lors de la mémorable vente Bergé-Saint Laurent, exerçant son droit de préemption, le château d’Écouen a emporté pour 320 000 € trois plaques en émail de Limoges, dont le Portrait de Pâris de Léonard Limosin, appartenant à Catherine de Médicis. «Le musée l’avait dans l’œil, raconte Thierry Crépin-Leblond. Une douzaine d’années plus tôt, il avait déjà tenté de l’acheter auprès d’une galerie new-yorkaise, mais c’est Pierre Bergé et Yves Saint Laurent qui avaient raflé la mise.» Cet événement retentissant a fait ressurgir en 2010 un émail de la même série, le Portrait d’Ulysse, élaboré à partir du recueil de poèmes d’Ovide Les Héroïdes, toujours sous le marteau de Christie’s, mais à Londres cette fois. Déclaré «bien culturel d’intérêt patrimonial majeur», il a pu être négocié de gré à gré et a ainsi intégré les collections, moyennant 245 000 €, réunis presque totalement grâce au mécénat d’une entreprise implantée à Écouen, la société Vygon. La collection a continué de s’étoffer… En 2012, le musée a reçu une dation en paiement des droits de succession, une très rare gourde du XVIe siècle, en verre dichroïque. La toute dernière trouvaille est une exceptionnelle corbeille en faïence de Nevers, sur une suggestion d’un marchand du sud de la France, sans doute un cadeau de mariage. Mais Thierry Crépin-Leblond ne baisse jamais la garde. Il surveille en ce moment d’autres pièces, dont certaines de première importance : «Si elles réapparaissent, affirme-t-il, elles occasionneront d’âpres discussions, et notamment avec le Louvre.» Affaire à suivre…

 

Bouteille aux armes de Catherine de Médicis, verre bleu émaillé, achetée à Paris en 1997. © RMN - GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCO
Bouteille aux armes
de Catherine de Médicis, verre bleu émaillé, achetée à Paris en 1997.
© RMN - GRAND PALAIS (MUSÉE DE LA RENAISSANCE, CHATEAU D’ÉCOUEN) / MATHIEU RABEAU.

3 QUESTIONS À
LAURENCE FLIGNY
EXPERT HAUTE ÉPOQUE

La Renaissance est-elle une période recherchée ?
Elle l’est moins que l’époque médiévale, parce que la compréhension de cette période, marquée par les idées humanistes et l’Antiquité, nécessite une certaine culture et la France pâtit d’une désaffection des matières classiques. Les œuvres riches en allégories paraissent complexes. Parmi les pièces proposées aux enchères lors de la prochaine vente Pierre Bergé, le 1er juin à Drouot - Richelieu, figure un linteau, datant du début du XVIe siècle, orné d’une scène dont j’ai eu moi-même du mal à identifier la signification. S’agit-il de l’illustration d’un âge d’or, de la paix, de la fin de la guerre ? On peut buter sur les interprétations.

Quelles pièces trouve-t-on sur le marché ?
Un peu de mobilier, de la statuaire, des bronzes, mais la Renaissance française a été moins productive que la Renaissance italienne. Et beaucoup de pièces de qualité sont déjà entre les murs des musées. Les émaux peints, notamment ceux de Limoges, séduisent particulièrement. Lorsqu’ils ont été bien conservés, ils gardent l’éclat de leurs couleurs et leurs rehauts d’or. On en trouve à tous les prix, de 800 à 100 000 €. La majolique italienne est elle aussi appréciée.

Quel rôle jouent les musées ?
Les musées parisiens qui possèdent des collections Renaissance, comme le Petit Palais ou les Arts décoratifs, ne mettent pas suffisamment en valeur leurs richesses. On peut dire la même chose du Louvre qui, toutefois, consacrera une exposition à François Ier cet automne. Quant au musée de la Renaissance, étant localisé hors de Paris, il ne rayonne malheureusement pas autant qu’il le mériterait.
À saVOIR
Pour consulter les acquisitions du musée de 2013 à 2016 :
www.musee-renaissance.fr/collections/ nouvelles-acquisitions
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne