Gazette Drouot logo print

Charlotte Perriand, porte étendard d’une collection moderniste

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 17 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - 42, rue de La Poterne - 50000 Saint-Lô

Monique et Michel Guibert firent de leur demeure de Saint-Lô une véritable vitrine des arts des années 1950-1960. Une vision éclairée qui offre une belle place au mobilier intemporel de Charlotte Perriand.

Charlotte Perriand (1903-1999), pour l’éditeur Steph Simon, bibliothèque «Type Plots»,... Charlotte Perriand, porte étendard d’une collection moderniste
Charlotte Perriand (1903-1999), pour l’éditeur Steph Simon, bibliothèque «Type Plots», huit étagères intercalaires en bois latté plaqué de merisier, onze plots en tôle d’aluminium de différentes tailles, reposant sur deux pieds en bois amovibles, 1959, 214 177 33,5 cm.
Estimation : 60 000/100 000 

Dans la maison de Monique et Michel Guibert, à Saint-Lô (Manche), la bibliothèque de Charlotte Perriand était installée depuis 1959, à l’étage, sur le palier. Elle y accueillait, il y a encore peu de temps, les nombreux livres consultés depuis des décennies par ce couple de collectionneurs avertis, «passionnés de voyages, d’archéologie, d’histoire et d’histoire de l’art», comme l’explique la jeune commissaire-priseure Marie Laurenson, qui s’apprête à diriger la vente inaugurale de son tout nouvel hôtel des ventes. Ils se réservaient même deux journées par semaine pour aller visiter les galeries du quartier de Saint-Germain-des-Prés et les musées parisiens. Et ce malgré une vie, tant familiale que professionnelle, bien remplie. Michel Guibert était en effet psychiatre et directeur du centre hospitalier de la Fondation Bon-Sauveur de Saint-Lô. Mais son goût pour les arts cherchait sans arrêt à s’exprimer. Passionné par l’art brut – concept alors nouveau –, il fut président d’honneur de la Société française de psychopathologie de l’expression et d’art thérapie. Avec un goût très sûr, aiguisé par les cours du soir de l’École du Louvre, Monique fut également à l’origine de plusieurs de leurs achats, réalisés avec une vision très avant-gardiste. Ainsi osent-ils entrer chez des marchands jugés alors par beaucoup comme trop modernistes. Des créations signées Pierre Guariche, Isamu Noguchi, Verner Panton et Charles Dudouyt prennent place dès 1950-1960 dans leur intérieur, Olivier Mourgue et Achille Castiglioni suivront. Une trentaine de meubles et luminaires sont ainsi proposés dans cette vente, aux côtés de l’impressionnante bibliothèque «Type Plots» de Charlotte Perriand acquise en 1959 auprès de l’éditeur Steph Simon, comme cela a été confirmé par la galerie Laffanour. En attestent aussi la facture et un plan rectificatif de cette commande spéciale. Réalisé sur mesure, donc forcément unique, ce meuble s’inscrit pleinement dans les recherches modernistes de Perriand dans les années 1950, notamment sous l’influence de son voyage au Japon, axées sur la confection d’éléments modulables, fabriqués de manière industrielle. Planches en bois et plots en aluminium y sont attachés entre eux par des tirants et des douilles de fixation, rappelant la disposition légère, dite «en nuage», des étagères admirées au palais impérial de Kyoto. Existant en version murale ou autoportante, ce modèle a été présenté à l’exposition de 1955 «Proposition d’une synthèse des arts», à Paris, puis produit de 1956 à 1970 par Steph Simon. Durant cette période, la designeuse collabore également à d’importants chantiers de reconstruction en France, notamment celui du centre hospitalier mémorial France-États-Unis, à Saint-Lô. Un lieu que le docteur Guibert devait bien connaître ! Débuté en 1949 et achevé en 1956, ce projet a été mené par l’architecte franco-américain Paul Nelson, marqué par Le Corbusier et Mallet-Stevens, qui révolutionne l’architecture hospitalière dans l’Hexagone avec sa vision humaniste de ce lieu, qu’il veut fonctionnel – en distinguant les différents services – mais aussi source de bien-être grâce à l’ajout de couleurs et d’œuvres d’art. Jean Prouvé y crée une salle d’opération en forme d’œuf, Fernand Léger une grande fresque et Charlotte Perriand un mobilier aérien et pratique. Saint-Lô se fait alors capitale du modernisme !

samedi 17 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - Live
42, rue de La Poterne - 50000 Saint-Lô
Neptune Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne