Gazette Drouot logo print

Chantilly : le Cabinet des livres au féminin - Trésors de la Renaissance

Publié le , par Christophe Dorny

«Charogne puante», «luxure ardente», voilà comment Gratien du Pont de Drusac, dans son livre Les Controverses des sexes masculin et féminin (1524), considérait la femme. La misogynie sans complexe comme preuve de la supériorité de l’homme est une opinion martelée contre laquelle la femme de la Renaissance doit constamment...

Reliure à décor peint réalisée pour Catherine de Médicis : emblème (monceau de pierres... Chantilly : le Cabinet des livres au féminin - Trésors de la Renaissance
Reliure à décor peint réalisée pour Catherine de Médicis : emblème (monceau de pierres calcinées arrosé par une pluie de larmes) et devise (Ardorem extincta testantur vivere flamma) de Catherine de Médicis, source : Bernard de Girard, De l’Estat et succez des affaires de France […], Paris, Pierre L’Huillier, 1572.
© IRHT - CNRS - Bibliothèque du musée Condé

«Charogne puante», «luxure ardente», voilà comment Gratien du Pont de Drusac, dans son livre Les Controverses des sexes masculin et féminin (1524), considérait la femme. La misogynie sans complexe comme preuve de la supériorité de l’homme est une opinion martelée contre laquelle la femme de la Renaissance doit constamment faire face. En une cinquantaine de livres manuscrits ou imprimés, souvent richement illustrés et merveilleusement mis en pages, exposés dans l’écrin de la bibliothèque du musée Condé, on mesure le chemin parcouru depuis Christine de Pizan (1363-1431), considérée comme la première femme de lettres française et que l’on qualifie aujourd’hui de féministe. Période charnière, l’expansion du livre imprimé accentue même l’emprise masculine sur le savoir, tout en multipliant les sujets sur les femmes et l’amour, ce qui permettra à des auteurs femmes de s’immiscer dans le débat et les joutes littéraires, puis de signer des essais revisitant les classiques. C’est dans l’élite princière et du pouvoir que se distinguent les premières autrices telles Anne de France (1520) ou Marguerite de Navarre (1531). Viennent ensuite celles de la bourgeoisie intellectuelle, sans oublier des femmes d’exception comme la poétesse Louise Labé, fille de cordier. L’histoire littéraire au féminin se lit dans l’intimité de livres rares, voire uniques, avec dédicaces aux princesses et emblèmes royaux, grâce à des cartels clairs et adaptés au grand public. On croise nombre d’auteurs femmes ou hommes, aujourd’hui méconnus, et des femmes bibliophiles qui aimaient faire relier luxueusement les livres. La bibliothèque de Diane de Poitiers est l’une des plus précieuses de la Renaissance. Bien que la thématique du livre de femme n’ait jamais été un champ de collection avant le XXe siècle, ces «livres au féminin» ont été légués dans la fantastique collection du duc d’Aumale, qui s’est sans cesse enrichie.

Cabinet des livres du château de Chantilly,
domaine de Chantilly, tél. 
: 03 44 27 31 80.
Jusqu’au 6 octobre 2019.
www.domainedechantilly.com
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne