Chagall, Modigliani, Soutine… Paris pour école, 1905-1940

Le 07 septembre 2021, par Maïa Roffé
Amedeo Modigliani (1884-1920), Portrait de Dédie, 1918, huile sur toile. 
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais Georges Meguerditchian

«C’est donc en octobre 1909 que mes pieds ont touché cette terre, ces trottoirs de Paris, si riches de mystère pour moi qui ne savais aucun mot de français, ni rien de la vie de cette ville qui cachait dans ses entrailles le tout si fameusement énigmatique», se souvient Zadkine. Venu de l’Empire russe, il fait partie de cette génération d’artistes juifs étrangers arrivés dans la capitale entre 1900 et 1914 avec Chagall, Soutine et Modigliani, qui contribuèrent à l’effervescence artistique de cette période. Avec plus de cent trente œuvres, des photographies et des documents inédits, le MAHJ fait revivre l’histoire de ces hommes et femmes formés à l’académie Matisse, qui se réunissent au café du Dôme (Sonia Delaunay, Czóbel), adoptent les innovations cubistes (Marcoussis, Halicka, Lipchitz…), partagent un imaginaire lié à leur monde d’Europe centrale et orientale à la Ruche (Zadkine, Chagall, Soutine, Kikoïne…) ou sont portraiturés par Modigliani cité Falguière (Epstein, Orloff, Kisling…). Peu connues, des œuvres de Chagall, Mondzain et Zadkine témoignent de l’engagement volontaire de ces peintres qui rejoignent les rangs de la Légion étrangère durant la Grande Guerre, celles du «prince de Montparnasse» Jules Pascin rappelant l’euphorie des années qui précèdent. Lors du Salon des indépendants en 1925, l’ostracisme à l’égard des artistes étrangers – défendus par le critique André Warnod, évoquant alors les «forces vives» de «l’École de Paris» – mettra à mal la reconnaissance de cette communauté cosmopolite, touchée par les mesures discriminatoires du gouvernement de Vichy en 1940, contrainte à l’exil ou anéantie par la Shoah. L’exposition, qui s’achève sur le bouleversant poème «Aux artistes martyrs» de Chagall, conduit à s’interroger : l’histoire de l’art aurait-elle été différente s’ils n’avaient été fauchés par le nazisme 

Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme,
71, rue du Temple, Paris IIIe, tél. : 01 53 01 86 53.
Jusqu’au 31 octobre 2021.
www.mahj.org

 
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne