César et le Rhône Chefs-d’œuvre antiques d’Arles

Le 28 février 2019, par Anne Doridou-Heim

Musée d’art et d’histoire, 2, rue Charles-Galland, Genève, tél. : +41(0)22 418 26 00, www.mah-geneve.ch - Jusqu’au 26 mai 2019.

Fin du Ier siècle av. J.-C., découvert à Arles, fouilles du Rhône, 2007. Statue de captif, bronze, 63,3 28 cm 44,5 cm, musée départemental Arles antique.
© MDAA, Jean-Luc Maby

Astérix ne se trompait pas : c’est bien l’empereur victorieux des irréductibles Gaulois et auteur de La Guerre des Gaules qui fonda, autour de 58 av. J.-C., la petite colonie de Genève, conscient de la valeur stratégique de son emplacement. César est de retour dans la cité helvète pour une exposition magistralement mise en scène, fruit de longues années de trouvailles dans le lit protecteur du Rhône. Car la véritable vedette ici est le fleuve reliant deux villes romaines, sises à chacune de ses extrémités : Arles et Genève. Un axe essentiel de circulation des hommes et des biens. Siège de l’une des deux plus grandes collections d’antiquités classiques de Suisse, le Musée d’art et d’histoire met en scène ces quatre cents pièces, pour certaines totalement inédites. Le buste présumé du proconsul continue de diviser les spécialistes quant à son attribution et la fameuse Vénus d’Arles l’une des statues du front de scène du théâtre antique, que Louis XIV «piqua» à la ville dès qu’il apprit sa découverte fortuite effectue là sa troisième sortie seulement hors du Louvre. L’autre intérêt réside dans les pièces du quotidien mosaïques, éléments de mobilier et de parure, objets de toilette qui, mieux que tout livre d’histoire, donnent à voir et à comprendre comment se déroulait la vie d’un citoyen au début de notre ère. Les nombreux plombs de douane, monnaies, contrepoids de balance, embouts de gaffe, pipettes de dégustation et bien sûr des amphores numérotées témoignent d’un commerce florissant. Grâce à cette activité, Arles, trait d’union entre le monde méditerranéen et le réseau fluvial vers le nord de l’Europe, était une cité opulente, possédant ses arènes, son théâtre, son forum et ses villas patriciennes, reproduisant l’image de Rome de rares peintures murales dans le style pompéien ont récemment été mises au jour. Les rites funéraires, aboutissement de toute vie terrestre, clôturent le parcours. Alea jacta est !

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne