Gazette Drouot logo print

Cartier Londres, 1930

Publié le , par Agathe Albi-Gervy
Vente le 01 décembre 2022 - 14:00 (CET) - Palais Dorotheum, Dorotheergasse, 17 - A-1010 Vienne

Ce bracelet témoigne du savoir-faire des ateliers de Cartier à Londres dans les années 1930, et de la créativité dont ils ont fait preuve pour maintenir l’industrie du luxe pendant la Grande Dépression.

Cartier Londres, vers 1930. Bracelet en platine 950 millièmes, diamants taille ancienne... Cartier Londres, 1930
Cartier Londres, vers 1930. Bracelet en platine 950 millièmes, diamants taille ancienne et diamants taille baguette, longueur : environ 17 cm, signé Cartier Londres,
numéroté 797728, 40,7 
g.
Estimation : 70 000/110 000 

Avec son esthétique fondée sur la géométrie du cercle et du rectangle, ce bracelet en platine orné de diamants est représentatif des productions joaillières des années 1930. Il s’en démarque en revanche par le choix de ses gemmes : à cette époque, les pierres précieuses ont tendance à être délaissées au profit des pierres fines comme le lapis-lazuli ou le corail, moins onéreuses que le diamant ou le saphir. Un changement en grande partie dû aux conséquences économiques de la Grande Dépression, auxquelles les ateliers londoniens de Cartier, créateurs du présent bracelet, n’ont pu échapper. Après une décennie de croissance folle, les années 1930 mettent à l’épreuve les entreprises du luxe. « 80 % de nos commandes ont été annulées », rapportait Pierre Cartier à la presse américaine en 1930. Londres tire cependant son épingle du jeu par rapport aux bureaux de Paris et New York, et parvient à maintenir son succès grâce aux liens tissés de longue date avec l’Inde : les maharajahs continuent de lui passer d’importantes commandes. À l’époque, Cartier Paris rencontre des problèmes de gestion et de succession, ce qui achève de déplacer le centre de gravité de la marque, de la Ville lumière vers Londres. L’histoire se souvient notamment du collier commandé en 1932 par lady Granard, composé de deux mille diamants et d’une énorme émeraude rectangulaire de 143,23 ct, ou du diadème connu sous le nom de tiare Halo, acquis en 1936 par le futur George VI pour sa femme Elizabeth – il fut porté par Kate Middleton à son mariage. 

Bijoux
jeudi 01 décembre 2022 - 14:00 (CET)
Palais Dorotheum, Dorotheergasse, 17 - A-1010 Vienne
Dorotheum
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne