Carrément SOTO chez Denise René

Le 19 janvier 2021, par Virginie Chuimer-Layen
Jesús-Rafael Soto (1923-2005), Gran najanja en lo alto, 2001, relief bois acrylique, 203 153 x 17 cm.
© Béatrice Hatala © Jesús-Rafael Soto/Adagp, Paris 2020

Visiter une exposition consacrée à Jesús-Rafael Soto, c’est se sentir partie prenante d’œuvres entre réalité et illusion. À la galerie Denise René espace Marais, « Carrément SOTO » présente environ trente pièces réalisées entre 1960 et 1990, dont dix originales, de nombreux multiples et quelques sérigraphies, qui ne dérogent pas à cette règle. Dès la première salle, le visiteur est déstabilisé par le langage visuel méthodique mais renouvelé de l’artiste vénézuélien, pilier du mouvement cinétique. Jouant avec des formes géométriques simples – carrés, sphères, ronds –, des matériaux souvent industriels – peinture, métal, Plexiglas –, ses pièces (tableaux, sculptures, environnements) prennent toute leur dimension au contact du regard. Les tiges métalliques suspendues devant les plans bicolores et striés de Cuatro valores vibrantes lui interdisent de pouvoir se raccrocher à une forme déterminée et stable, occasionnant un trouble dérangeant. Comme pour Rombo rosa y blanco, Soto souhaite rendre tangible l’énergie, l’aspect aléatoire et mouvant des choses, comme soulever l’ambiguïté entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Au-delà de la forme fluctuante, la couleur tient une place importante dans son corpus. Que ce soit pour Multiple S (11/100) ou Colores vibrantes, les carrés de couleurs primaires ou sombres jouent sur le trouble qu’ils suscitent. Devant un plan stable, blanc ou tramé, les formes chromatiques, inspirées de celles de Malévitch ou Mondrian, semblent bouger, voire se détacher en fonction de la position du visiteur, tissant irrémédiablement un lien avec lui. Jeux de recul et d’avancée de carrés colorés, effets de vibrations ondulantes, de suspensions, de pleins et de vides, le « système Soto » témoigne toujours à merveille de l’usage détourné et poétique de lois physiques pour créer des œuvres d’art.

Galerie Denise René, 22, rue Charlot, Paris IIIe, tél. : 01 40 07 58 09.
Jusqu’au 30 janvier 2021.
www.deniserene.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne