Candy Choi

Le 12 juin 2020, par Agathe Albi-Gervy

Cette Hongkongaise a lancé une plateforme en ligne qui lui vaudra certainement le bannissement de son pays.

DR Candy Choi

Elle a lancé, le 12 juin, une plateforme en ligne qui lui vaudra certainement le bannissement de son pays. Mettant sa propre sécurité de côté, la Hongkongaise Candy Choi a créé le projet «Silence is Compliance» : des performances live et une galerie virtuelle proposant notamment des œuvres de Bettina Fung, Niccolo Masini, Boms ou Jaffe T, mais également des travaux d’écrivains et chercheurs traitant de la crise sociale hongkongaise. Son but : marquer le premier anniversaire des soulèvements pro-démocratie sur le territoire et rallier le soutien de la communauté artistique internationale, alors que le gouvernement chinois est en train de mettre en place une loi sur la sécurité nationale. «Silence is Compliance» est mené par la Young Blood Initiative, une association opérant depuis Amsterdam, Londres et Berlin, que Candy Choi a créée en 2014. Jeune curatrice originaire de Yuen Long – à Hong Kong – et vivant depuis plusieurs années à Amsterdam, elle s’est formée dans le domaine de la mode à Londres et à Édimbourg. Après avoir travaillé pour les Fashion Weeks parisiennes et londoniennes, elle emménage à Amsterdam et se tourne vers l’art, organisant des expositions telles que «The Open Draw». En octobre dernier, elle avait déjà monté, à Londres, l’exposition «Be Water !» en solidarité avec les manifestants de son pays d’origine.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne