Gazette Drouot logo print

Camoin au musée de Montmartre

Publié le , par Valentin Grivet

Comme Louis Valtat, Henri Manguin ou Jean Puy, Charles Camoin (1879-1965) est de ces artistes fauves qui n’ont pas eu la renommée d’Henri Matisse, mais dont l’œuvre mérite d’être reconsidéré. Ceux qui connaissent sa peinture l’associent d’abord au sud de la France, et aux paysages des rives méditerranéennes. Certes, Camoin...

Charles Camoin, Le Pont des Arts vu du Pont-Neuf, 1904, huile sur toile, 33 x 41 cm,... Camoin au musée de Montmartre
Charles Camoin, Le Pont des Arts vu du Pont-Neuf, 1904, huile sur toile, 33 41 cm, collection particulière.
© Archives Camoin, Adagp, Paris 2022

Comme Louis Valtat, Henri Manguin ou Jean Puy, Charles Camoin (1879-1965) est de ces artistes fauves qui n’ont pas eu la renommée d’Henri Matisse, mais dont l’œuvre mérite d’être reconsidéré. Ceux qui connaissent sa peinture l’associent d’abord au sud de la France, et aux paysages des rives méditerranéennes. Certes, Camoin est né à Marseille, et continuera à séjourner régulièrement dans le Midi. Mais il a vécu presque toute sa vie à Paris, où il s’installe vers 1897, pour étudier à l’École des beaux-arts dans l’atelier de Gustave Moreau. Il habite d’abord place Dauphine, puis dans le quartier de Montmartre, à partir de 1907. Structurée en cinq chapitres, l’exposition réunit une centaine de tableaux, dessins, aquarelles et pastels, qui éclairent les liens tissés par le peintre avec la capitale et les artistes de la butte. Le corpus réuni est riche en découvertes (grâce à de nombreux prêts issus de collections privées), tout en révélant la qualité inégale de la production de Charles Camoin. Le premier étage de l’exposition est un vrai régal. La Péniche sur la Seine – dans un style très proche d’Albert Marquet –, Le Pont des Arts vu du Pont-Neuf, La Belle Endormie ou encore La Femme à la voilette comptent parmi ses meilleurs tableaux. Tous ont été peints entre 1900 et 1904. Plus loin, ses talents de coloriste illuminent plusieurs paysages de Corse, dont Deux pins dans les calanques de Piana (1910), dominé par le bleu intense de la mer. Malgré quelques belles toiles réalisées au cours des années 1920, dont le très matissien Lola sur la terrasse, les choses se gâtent au second niveau, avec une série de grandes Baigneuses inspirées de Cézanne, que Camoin a peintes au soir de sa vie, à plus de 80 ans.

Musée de Montmartre,
12, rue Cortot, Paris 
XVIIIe, tél. : 01 49 25 89 41,
Jusqu’au 11 septembre 2022.
www.museedemontmartre.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne