Gazette Drouot logo print

Camille Goutal

Publié le , par La Gazette Drouot

L’ex-photographe a repris la direction olfactive de la maison de haute parfumerie créée par sa mère Annick Goutal, sans oublier pour autant ses premières amours, qui l’inspirent au quotidien.

  Camille Goutal
 

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Plutôt capharnaüm ! Je vis entourée d’un mélange hétéroclite. J’adore la photo que j’ai longtemps pratiquée, mais les objets et les tableaux sont empreints d’un passé et d’une poésie qui m’émeuvent.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
J’ai découvert récemment les «folies» du château de Groussay, construites entre 1950 et 1970, mais qui donnent l’impression d’être là depuis deux cent cinquante ans… Magnifique lieu hors du temps.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Psyché ranimée par le baiser de l’Amour d’Antonio Canova. Je suis fascinée par la façon dont la sculpture capte la lumière. J’ai passé des heures à la photographier au Louvre.
L’artiste qui vous touche ?
J’adore la dernière série de verreries soufflées à la main de mon père Michel Détré. On ne sait pas vraiment si ce sont des vases, des oursins géants ou des pierres polies par le temps. J’aime aussi les photos de Bruce Davidson et Saul Leiter, les préraphaélites anglais… Il y a en a tellement d’autres, c’est dur de choisir !
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Ce sont deux passionnantes manifestations où je vais souvent mais… je préfère me perdre dans des lieux incongrus et peu visités du public  jardins, galeries d’art, cimetières anglais, abbayes toscanes  pour en découvrir les trésors cachés.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Peut-être une certaine tendresse et un zest de poésie, un côté décalé. Je n’achète jamais une photo ou une œuvre en me demandant si c’est un bon investissement.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne