Bruegel en noir et blanc à Bruxelles

Le 17 décembre 2019, par Bertrand Galimard Flavigny
Pieter Bruegel, dit l’Ancien, Luxuria (La Luxure), extrait des «Sept péchés capitaux», 1558.
© KBR

Pieter Bruegel, dit l’Ancien (vers 1525-1569), est mort il y a quatre cent cinquante ans. Afin de commémorer cet anniversaire, la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) expose la collection complète de ses gravures, et trois dessins originaux qu’elle conserve dans les appartements rénovés du palais de Charles de Lorraine. Ce peintre reconnu n’est pas celui que l’on croit : ses contemporains le connaissaient en effet davantage pour ses gravures. Il en aurait réalisé un peu plus d’une centaine (cent seize sont répertoriées). Ce sont toutes des œuvres à part entière, éloignées de la plupart de ses scènes paysannes. Avec la complicité de son éditeur Hieronymus Cock, l’artiste dessinait des planches satiriques, comme Les gros poissons mangent les petits (1556). Il n’était pas plus tendre dans les séries des «Sept péchés capitaux» et des «Sept vertus» (1558). On retrouve ses figures contorsionnées qui ne sont pas étrangères au monde de Jérôme Bosch dans la composition de Margot la folle (vers 1562), récemment restaurée et conservée au musée anversois Mayer van den Bergh. La sûreté de son trait transparaît encore dans la suite des «Vaisseaux» (vers 1562) gravée par Frans Huys. On peut poursuivre cette quête du dessin avec ceux de Jan Bruegel l’Ancien (1568-1625), à la maison Snijders & Rockox d’Anvers, qui réunit soixante-dix de ses feuilles originales. Le fils montre autant de talent que le père mais dans un genre différent, plus classique, innovant dans le traitement des paysages, notamment d’Italie, où il séjourna de 1591 à 1596.

Bibliothèque royale de Belgique (KBR),
4, boulevard de l’Empereur, Bruxelles, tél. : +32 2 519 53 11.
Jusqu’au 16 février 2020.
www.kbr.be/fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne