facebook
Gazette Drouot logo print

Boudin et Vuillard, atmosphère, atmosphère…

Le 15 novembre 2018, par Anne Doridou-Heim

Un ciel nuageux nimbe Venise lorsque Eugène Boudin (1824-1898) y débarque en 1895, mais heureusement, aucune acqua alta, ce phénomène de haute marée inondant la Sérénissime entre l’automne et le début du printemps. Malgré sa fatigue, le peintre a donc tout loisir de sillonner les ruelles et les places au sec et de peindre…

Boudin et Vuillard, atmosphère, atmosphère…
Eugène Boudin (1824-1898), Venise. Le Môle à l’entrée du Grand Canal et la Salute, 1895, huile sur toile, 28,5 x 41,5 cm.
Adjugé : 169 000 €

Un ciel nuageux nimbe Venise lorsque Eugène Boudin (1824-1898) y débarque en 1895, mais heureusement, aucune acqua alta, ce phénomène de haute marée inondant la Sérénissime entre l’automne et le début du printemps. Malgré sa fatigue, le peintre a donc tout loisir de sillonner les ruelles et les places au sec et de peindre églises, palais «tous délicats dans leur dentelle de sculptures» et gondoles. Nulle trace de modernité, l’artiste jugeant qu’elle ne sied guère à l’endroit. En dépeignant la ville, Boudin fige le temps et une certaine «atmosphère douce et brumeuse», avec le talent qui le caractérise. Sa vision de Venise. Le Môle à l’entrée du Grand Canal et la Salute (reproduit ci-dessus), belle dans son dégradé de gris que rehaussent, par touches lumineuses, des personnages à peine esquissés, était récompensée de 169 000 €. Tout autre ambiance pour l’huile sur carton d’Édouard Vuillard (1868-1940), mais un point commun, puisque nous sommes aussi devant une peinture d’atmosphère. Le peintre aimait dire : «Je ne fais pas de portraits. Je peins des gens chez eux.» Cette fois, nous sommes en 1901 et le nabi installe son chevalet chez Ker-Xavier Roussel, avec lequel il partage un atelier et qui a épousé sa sœur , pour représenter Lucy Hessel en visite chez les Roussel à Cricquebœuf (détail reproduit page 154). Un petit format (30 x 53 cm) mais ô combien historique, l’œuvre ayant figuré sur les cimaises des galeries Druet et Bernheim-Jeune, ainsi que dans diverses collections dont celle de Sacha Guitry. Autre qualité : la figure de Lucy Hessel. Femme du marchand Jos Hessel, rencontré en 1900, elle sera la mécène, l’amie, la confidente, en un mot la muse amoureuse de Vuillard, qui la représentera près d’une centaine de fois. Autant de qualités qui lui ont permis de réaliser 106 600 €. Pour conclure sur le même thème, il faut noter les 32 500 € de Madame Lemmen au salon (57 x 75 cm), une toile de 1911 exécutée par Georges Lemmen (1865-1916), époux de la dame, dans une chaude harmonie de pointillés.

tableaux modernes et ameublement, bijoux
mercredi 07 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Digard Auction
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne