Gazette Drouot logo print

Bonne enchère pour le Bon Pasteur de Murillo

Publié le , par Christophe Provot
Vente le 28 juin 2022 - 15:00 (CEST) - Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009

Événement du marché de l’art, la redécouverte de cette œuvre de Murillo a suscité une ferveur à la hauteur des attentes qu’elle suscitait ces dernières semaines. Mais elle n’était pas la seule à être disputée.

Bartolomé Esteban Murillo (1617-1682), Le Christ bon pasteur, huile sur toile, 165 x 112 cm.... Bonne enchère pour le Bon Pasteur de Murillo
Bartolomé Esteban Murillo (1617-1682), Le Christ bon pasteur, huile sur toile, 165 112 cm.
Adjugé : 641 600 

Inédit, ce Christ bon pasteur de Murillo l’est sans l’être… Resté dans la même famille française depuis le premier quart du XIXe siècle, il a changé plusieurs fois de mains depuis qu’il aurait été acquis directement auprès du maître par un certain Goupil, marchand de son état, dont la fille l’aurait ensuite vendu en 1764 au magistrat Paon Saint-Simon. Après le décès de ce dernier, survenu en 1814, son frère Paon de Montholon le racheta à sa veuve en juin 1817, et le tableau resta dans sa descendance. Outre ce parcours complexe, l’œuvre eut à subir au début du XIXe siècle une restauration peu soignée, dont l’artisan n’hésita pas à découper la toile pour se faciliter la tâche. Un élément qui bien souvent s’avère rédhibitoire, mais pas pour notre tableau, sauvé par la grande qualité de sa peinture, la virtuosité de sa composition et son coloris harmonieux, le conduisant à prendre le bon chemin des enchères et à s’envoler à 641 600 €, faisant la joie d’un collectionneur européen. Autre œuvre très remarquée, le Portrait de Pierre-François Tonduti, seigneur de Saint-Léger (1583-1669) de la main de Nicolas Mignard (1606-1668) était acquis en after-sale par le musée Calvet d’Avignon pour un montant non divulgué. Cet achat signe un retour aux sources pour le juriste, le musée étant à proximité immédiate de la demeure qu’il se fit bâtir en 1650. C’est une institution d’Europe du Nord, le musée national de Stockholm, qui se laissait ensuite séduire par deux œuvres d’artistes femmes, à savoir un Autoportrait présumé de l’artiste (61,7 50,5 cm) attribué à Marie-Gabrielle Capet (1761-1818), moyennant 55 000 €, et une Académie d’homme (60 46 cm) à la pierre noire de Pauline Auzou (1775-1835) contre 5 000 €. Vue en page 53 de la Gazette n° 25 (voir l'article Louyse Moillon, poétesse de la nature morte), la Nature morte au panier de quetsches (47,9 39 cm) de Louyse Moillon ne trouvait pas preneur.

mardi 28 juin 2022 - 15:00 (CEST) - Live
Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009
Aguttes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne