Gazette Drouot logo print

Bernard Foccroulle

Publié le , par La Gazette Drouot

L’organiste et compositeur belge fait ses adieux au Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, qu’il dirige avec doigté depuis dix ans.

Bernard Foccroulle Bernard Foccroulle
Bernard Foccroulle
© Pascal Victor/Artcompress

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
J’aime la peinture, la gravure, mais aussi la photo. Ma première acquisition a été une lithographie de Pierre Alechinsky. Nous sommes devenus amis et j’ai aujourd’hui toute une collection de ses œuvres, mais, malheureusement, pas de peinture !
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Alles Klappt : un opéra d’Ondrej Adámek, vu à la Biennale de Munich, qui allie une écriture vocale et instrumentale magnifique à un récit poignant, inspiré des cartes postales envoyées du camp de Theresienstadt par le grand-père du compositeur, dont nous programmons à Aix la nouvelle création.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Fabienne Verdier vient de peindre quatre couvercles différents pour mon clavecin. Je suis comblé !
L’artiste qui vous touche ?
Rothko, Rauschenberg, Anselm Kiefer, José María Sicilia… et Giuseppe Penone, artiste absolument majeur à mes yeux.
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Je ne fréquente pas les foires, et peu les galeries. Pas un très bon client, donc…
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
La plupart des œuvres en ma possession sont des cadeaux d’artistes proches, que j’admire.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne