Gazette Drouot logo print

Beaurains : un trésor pour la Banque de France et la Bibliothèque nationale de France

Publié le , par Mylène Sultan

L’achat de cinq pièces exceptionnelles – résultat d’une coopération inédite avec la Bibliothèque nationale de France – est un véritable feuilleton à rebondissements. La dernière étape s’est concrétisée au printemps dernier, dans un pays figé par le confinement.

L’avers des cinq médaillons en or à l’effigie des tétrarques Constance Chlore, Galère... Beaurains : un trésor pour la Banque de France et la Bibliothèque nationale de France
L’avers des cinq médaillons en or à l’effigie des tétrarques Constance Chlore, Galère Maximien et Dioclétien, cuirassés et laurés, émis à Trèves entre 294 et 304.
© Banque de France/Philippe Jolivel
Avec le recul, l’affaire ressemble à un feuilleton haletant, avec ses héros –  historiens de l’art, conservateurs, experts  –, ses enjeux –  un trésor découvert en 1922, après avoir passé près de dix-sept siècles sous terre  –, son contexte –  un pays figé dans un confinement inédit… Comme dans toute bonne série, le rythme est essentiel  : ici, il est dicté par le strict calendrier qui régit les objets classés « Trésor national » et fait clignoter en chiffres de feu la date du 21  mars 2020. « À trois jours près, le trésor de Beaurains était perdu pour la France  ! », sourit aujourd’hui Arnaud Manas, chef du service du patrimoine de la Banque de France. Tout commence en 296 de notre ère. À Trèves, dans la salle de réception du palais impérial, Constance  I er Flavius Valerius Constantius, surnommé Chlore en raison de son teint clair, se livre à une donativum , une distribution impériale au cours de laquelle il récompense avec faste ses officiers les plus fidèles. À l’un deux, il offre des centaines de pièces d’or et d’argent, une trentaine de multiples de grande valeur, des objets précieux et des bijoux en quantité. Pourquoi ce grand personnage enterre-t-il ensuite son trésor non loin de la cité de Nemetacum, l’actuelle Arras  ? Est-ce son lieu de résidence  ? S’est-il promis de revenir  ? Le mystère reste entier. Plus de seize siècles plus tard, en septembre  1922, un des ouvriers travaillant…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous