facebook
Gazette Drouot logo print

Bank Austria Kunstforum Wien : Pierre Bonnard. La couleur de la mémoire

Le 29 octobre 2019, par Harry Kampianne

Bank Austria Kunstforum Wien : Pierre Bonnard. La couleur de la mémoire
Pierre Bonnard (1867-1947), La Table, 1925, huile sur toile, 102,9 74,3 cm, Londres, Tate Modern.
© Tate, 2019

Après les récentes expositions de la Tate Modern, de la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague et du musée d’Orsay, c’est au tour du Bank Austria Kunstforum de Vienne de recevoir ce grand alchimiste de la couleur. On y retrouve ses paysages composés de mémoire, dans l’atelier, sur la base de croquis et de notes prises dans ses carnets. On replonge avec émerveillement dans l’intimité de Marthe à sa toilette, dans l’insouciance de ses jardins en fleurs, ou la sensualité des nus baignant dans une lumière diaphane. Contrairement à Orsay, où elles étaient présentées sur un fond noir, leur donnant pour le coup un aspect discrètement morbide, ses toiles deviennent impériales sur les cimaises du musée viennois. «Bonnard, c’est avant tout la couleur et la lumière, explique Evelyn Benesch, directrice adjointe du lieu et commissaire de l’événement avec Matthew Gale, de la Tate Modern. La scénographie de l’exposition est axée sur ces deux fils directeurs. Il y a aussi le fait que c’est un peintre encore trop méconnu du grand public en Autriche, d’où l’intérêt de montrer les multiples facettes de son œuvre». Cela n’est pas vraiment le cas puisque ses grands décors réalisés pour les frères Bernheim, ses marchands, ou pour la belle Misia et le collectionneur russe Ivan Morozov sont absents du parcours. Pas de trace non plus des panneaux décoratifs peints dans sa jeunesse au sein du groupe des nabis, ou de ses paravents inspirés des kakémonos. Le visiteur rencontre ici le Bonnard intime, plongé dans la magie d’un paradis fragile et protégé, où l’homme se fond dans la nature : carapace cachant sans doute un profond désarroi, comme on le devine dans son autoportrait en boxeur, lui que l’on a surnommé «le peintre du bonheur». Lui qui disait que «celui qui chante n’est pas toujours heureux.»

Bank Austria Kunstforum Wien,
8, Freyung, Vienne, tél. : +43 1 537 33 26
.
Jusqu’au 12 janvier 2020. 
www.kunstforumwien.at

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne