Aux premières années des nabis

Le 28 avril 2017, par Anne Foster

Paul Sérusier se rend à l’été 1888, à Pont-Aven. Comme les peintres français et étrangers installés à la belle saison, il s’y installe et revient avec Le Talisman, et une vision partagée avec ses amis.

Paul Sérusier (1864-1927), Le Battage du blé noir, ou la Batterie, Le Pouldu, 1890, huile sur toile, 46,5 x 61,5 cm.
Estimation : 150 0000/200 000 €

Tout est mis en œuvre pour attirer le regard sur la figure  presque monumentale  de la Bretonne vue de dos ; rien ne vient distraire le spectateur, à peine un bout de ciel apparaît derrière les toits, les gerbes empilées enferment la composition. On est alors submergé par une symphonie de jaunes, ponctués de bleus et quelques aplats de vert. On se régale des nuances plus ocre à gauche, plus roses au premier plan, teintées de rouge orangé sur la droite. Paul Sérusier a situé ces batteuses de blé noir comme dans une arène, pour jouer une partition séculaire, sous l’œil intéressé d’un enfant assis sur un tronc d’arbre bleu lin légèrement violacé. Une scène banale telle qu’il s’en déroule tant dans les fermes et hameaux bretons à la fin de l’été, celle du battage du blé noir ou sarrasin, plante de la famille des polygonacées, poussant sur les terres pauvres des landes bretonnes. S’il est un élément essentiel de la vie des campagnes, base de bouillies et de galettes  plats quasi quotidiens , les tiges servent de nourriture pour le bétail. Ce jeune bourgeois parisien est séduit par ces scènes rurales, l’humble travail des hommes, la générosité de la terre. Il a trouvé des thèmes sur lesquels il reviendra tout au long de sa carrière, donnant un sens de plus en plus mystique à ses compositions. Une poursuite plus intense de l’esthétique des nabis, qui rappelons-le, veut dire prophète en hébreu. Ce groupe prit forme lors du retour du premier voyage à Pont-Aven de Sérusier et de sa rencontre déterminante avec Gauguin. Maurice Denis se souvient de son ami à l’académie Julian : «Il m’apparaissait comme un esprit d’une culture supérieure, un animateur, un guide intellectuel et artistique.» La leçon du Talisman suscite d’houleux débats entre ses amis, ceux qui se rallient à cette peinture de couleurs pures, n’hésitant pas à exagérer les impressions ressenties  jusqu’à l’abstraction , et en exprimer toute la symbolique. «Il rêve pour l’avenir, écrit Sérusier à Denis, d’une confrérie épurée, uniquement composée d’artistes persuadés, amoureux du beau et du bien, mettant dans leurs œuvres et dans leur conduite ce caractère indéfinissable que je traduis par nabi.» L’artiste part l’été 1889 rejoindre Gauguin et Meyer de Haan au Pouldu, et s’exerce avec eux à cette nouvelle manière de peindre. Le «nabi à la barbe rutilante» pousse la réflexion plus loin, systématise la pensée de Gauguin, l’organise ; plus tard augmentée des principes de l’école d’art sacré de Beuron, son esthétique est publiée dans ABC de la peinture (1921) : Sérusier développe ses théories des formes simples et géométriques, de la couleur, de la tonalité d’ensemble, afin de relier art, nature et spiritualité.

samedi 06 mai 2017 - 14:30
Brest - Hôtel des ventes, 26, rue du Château - 29200
Thierry - Lannon & Associés
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne