Gazette Drouot logo print

Autour de Paris+ les foires satellites s’imposent

Publié le , par Diotima Schuck

Alors que l’avènement d’Art Basel rebattait ce week-end les cartes de la scène contemporaine parisienne, d’autres foires se sont tenues dans la foulée pour profiter du rayonnement de Paris+. Au menu : diversité, qualité et renouveau

Private Choice. © Theo Baulig. Courtesy Private Choice Autour de Paris+ les foires satellites s’imposent
Private Choice.
© Theo Baulig. Courtesy Private Choice
La Monnaie de Paris, le Carreau du Temple, l’hôtel Salomon de Rothschild ou l’hôtel La Louisiane, l’ancien atelier du photographe Nadar… L’avant-dernier week-end du mois d’octobre offrait un large panel d’événements culturels à travers une multitude de lieux disséminés dans la ville, investis par des galeries françaises et internationales aux propositions foisonnantes. La programmation, éclectique, a permis de dresser le portrait d’un Paris en pleine effervescence artistique.

Un programme hétérogène
Hautes en couleur, les foires satellites de Paris+ se sont avancées avec un arsenal de propositions artistiques, marquées notamment par la 8e édition d’Asia Now, exclusivement tournée vers l’Asie et soutenue par le musée Guimet, mais aussi par AKAA, consacrée aux galeries et artistes du continent africain. Dans le 2e arrondissement, Paris Internationale a fait peau neuve dans l’ancien atelier Nadar, sur le boulevard des Capucines, pour proposer une sélection exigeante, consacrée à la création émergente. De son côté, la Moderne Art Fair, créée en 2021, a proposé un itinéraire sur les traces de l’art du XXe siècle, mais aussi du design, dans la continuité d’Art Élysées dont la dernière édition avait eu lieu en 2019. La Bienvenue Art Fair, installée dans les chambres de l’hôtel La Louisiane, a pour sa part accueilli ses visiteurs dans une ambiance intimiste, insolite et décontractée. Offscreen, enfin, a été inaugurée cette année pour sa toute première édition. Consacré aux artistes et à leur travail, son format a mis l’image à l’honneur, entre installations, images fixes ou en mouvement. Des débuts prometteurs, manœuvrés par Jean-Daniel Compain et Julien Frydman, son directeur artistique, qui ont mis l’accent sur les artistes plutôt que les galeries. Alors que la crise sanitaire avait considérablement ralenti les initiatives culturelles l’an passé, cette fin d’année confirme un retour à la normale, accompagné de la volonté pour les acteurs du monde de l’art de proposer, de renouveler, bref, d’ouvrir les horizons. Des deux côtés de la Seine, à Saint-Germain-des-Prés et dans le Marais, Asia Now et AKAA ont confirmé leur ancrage sur la scène parisienne grâce à des partis pris forts qui ont permis d’amener les continents asiatiques et africains jusqu’à un public français et international. Elles ont ainsi pu rivaliser avec Art Basel en affichant à elles seules deux fois plus de visiteurs : 27 000 pour Asia Now et 15 000 pour AKAA, contre 40 000 pour Paris+, attestant un succès confirmé par les galeries. « Les ventes ont été au rendez-vous », commente Eva Albarran, exposante sur Asia Now qui parle aussi d’une « expérience très positive qui a bénéficié de l’inertie de Paris+ ». Hadrien de Montferrand se réjouit de ces nouveaux contacts, et confirme la vente de sept pièces de 5 000 à 15 000 €. Du côté de la galerie Jeanne Bucher Jaeger, qui présentait une exposition de Dani Karavan et Yang Jiechang, Véronique Jaeger note des retours commerciaux « très positifs » ainsi qu’une dizaine d’œuvres vendues, entre 6 000 et 150 000 €. Forte de son succès, la foire asiatique lancée par Alexandra Fain en 2014 a d’ailleurs profité cette année d’un nouvel emplacement à la Monnaie de Paris. Une étape franchie, qui confirme aussi le prestige et la qualité des propositions de l’événement.


 

Confirmation, renaissance et création
Pour sa 11e édition, Private Choice, foire bien implantée mais plus confidentielle, « fidélise ses collectionneurs », se félicite Nadia Candet, sa directrice – « coup de cœur pour les peintures de Malo Chapuy qui vient d’être diplômé des Beaux-Arts de Paris », confie-t-elle. De même que Julien Heintz, lui aussi aux Beaux-Arts, qui a rencontré un franc succès. Sa galerie Pal Project a dû refaire trois fois l’accrochage. Une programmation exigeante ciblant des artistes émergents et accueillant ses acheteurs dans un appartement au cœur du 8e arrondissement de Paris ; une ambiance intimiste, un suivi personnalisé… ont permis à la foire de réaliser une belle performance cette année. Au sein de la toute nouvelle Moderne Art Fair, descendante d’Art Élysées qui était en place depuis 2007, l’artiste contemporain Tristan Vyskoc a fait un carton plein et a vendu cinq tableaux de sa série « Regarde ! », pour un total entre 60 000 et 100 000 €. La galerie Baudoin Lebon, elle, a réalisé 90 000 € de ventes avec cinq œuvres, de Laurent Perbos, d’Elissa Marchal ou Nicolas Sanhes. Les scores témoignent de la pérennité de ces deux événements parisiens, mettant en lumière le travail d’artistes et de galeries majoritairement français, mais aussi portés sur l’international. Un résultat positif, partagé par Offscreen : « Pour une première édition, je pense que cette manifestation fut un succès. La fréquentation est bien sûr à améliorer, mais la qualité des visiteurs était de très haut niveau, nous avons vendu tout ce qui était présenté », a commenté le galeriste Éric Dupont, qui proposait le travail de Roméo Mivekannin et des œuvres dans une fourchette allant de 3 000 à 35 000 €. La plupart des visiteurs étaient français. À l’issue de ces rencontres organisées en parallèle de Paris+, le succès des foires off se confirme, et leur développement contribue à positionner la capitale française comme figure de proue de la scène artistique en Europe. Un phénomène qui s’explique tant par le retour à la normale après la crise sanitaire, que par les conséquences économiques du Brexit au Royaume-Uni, ces deux bouleversements consécutifs ayant permis à Paris de se repositionner en lui donnant de l’élan. Reste à voir si cette impulsion saura se maintenir ces prochaines années.
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne