Gazette Drouot logo print

Auguste Herbin, Jules-Bastien Lepage et Albert Marquet

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 22 novembre 2022 - 14:00 (CET) - Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009

C’est un outsider, Auguste Herbin, qui obtenait le score le plus élevé, devant Jules-Bastien Lepage et Albert Marquet.

Auguste Herbin (1882-1960), Composition, 1927, huile sur toile, 94 x 133 cm.Adjugé :... Auguste Herbin, Jules-Bastien Lepage et Albert Marquet
Auguste Herbin (1882-1960), Composition, 1927, huile sur toile, 94 133 cm.
Adjugé : 230 400 

C’est donc avec cette Composition de 1927 qu’Auguste Herbin emportait la palmeà 230 400 €. Ce théoricien de l’abstraction commence dans la mouvance postimpressionniste, mais la rencontre de Picasso et de Braque va faire évoluer son style et à partir de 1917, il ne peindra plus que des œuvres non-figuratives. Il les construit géométriquement, à partir de simples aplats de couleurs pures alternant avec des formes ondulantes. Ses toiles se présentent comme des symphonies de notes aléatoires et équilibrées dans le même temps. Au cours des années 1940, il inventera même un alphabet plastique, une méthode faisant correspondre à un répertoire de vingt-six couleurs des formes géométriques et des sonorités. Albert Marquet (1875-1947), avec des Bateaux dans le port (60 73 cm) peints en 1922, obtenait 192 000 €. L’œuvre est consécutive à son second séjour en Algérie : entre janvier et mars 1921, il s’installe au Royal Hôtel d’Alger et, parcourant les hauteurs de la ville, découvre des points de vue pittoresques sur les jardins et le port. C’est l’époque des voyages et de l’épanouissement de son art avec des paysages tout à la fois synthétiques et naturalistes. Jules-Bastien Lepage, avec son Portrait de Maurice Fenaille (voir l'article Un portrait de Maurice Fenaille par le peintre Jules Bastien-Lepage de la Gazette n° 40, page 26), touchait enfin à 185 600 €. C’est une tout autre image de son art que le peintre naturaliste donne avec cette haute et jeune figure de la grande bourgeoisie française, nouvellement propulsée à la tête de la société pétrolière familiale. Fervent amateur d’art, Maurice Fenaille se révélera aussi un mécène d’influence. C’est sous cet aspect que Lepage choisit de le fixer, au cœur de son environnement de travail et au milieu de ses œuvres. La toile n’avait pas quitté sa descendance, elle était donc totalement inédite sur le marché : un petit supplément de désirabilité.

Jules-Bastien Lepage (1848-1884), Portrait de Maurice Fenaille, 1883, huile sur toile, 37 x 30 cm. Adjugé : 185 600 €
Jules-Bastien Lepage (1848-1884), Portrait de Maurice Fenaille, 1883, huile sur toile, 37 30 cm.
Adjugé : 185 600 
mardi 22 novembre 2022 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Ader
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne