facebook
Gazette Drouot logo print

Au panthéon des divinités bouddhiques et hindouistes

Le 19 avril 2018, par Philippe Dufour

Un thème avait été choisi pour cette vacation toulousaine : l’archéologie, et tout particulièrement celle du continent asiatique. En majesté trônait un boddhisattva sous son apparence féminine de Guanyin ; en bois portant des traces de polychromie, la statue a été sculptée dans la Chine de la fin de l’époque Ming (ce que…

Au panthéon des divinités bouddhiques et hindouistes
Chine, fin de l’époque Ming (1368-1644). Boddhisattva Guanyin, bois avec des traces
de polychromie, 123 x 52 cm.

Adjugé : 12 150 €

Un thème avait été choisi pour cette vacation toulousaine : l’archéologie, et tout particulièrement celle du continent asiatique. En majesté trônait un boddhisattva sous son apparence féminine de Guanyin ; en bois portant des traces de polychromie, la statue a été sculptée dans la Chine de la fin de l’époque Ming (ce que confirmait un test au carbone 14). Elle est couronnée et parée d’un important collier à plusieurs rangs festonnant sur la poitrine. La divinité est revêtue d’une longue robe ceinturée le samghati avec des traces de peinture rouge dans les plis, et nouée sous la taille par l’antaravasara, tandis qu’une étole tombe des épaules jusqu’aux genoux. Son visage aux yeux mi-clos, trahit un état de profonde méditation, ce que confirme le geste, aux longs doigts fins, qualifié de karana mudra. On ne pouvait que tomber sous son charme, à condition d’offrir 12 150 €. Du delta du Mékong, provenait un bouddha de style amaravati du IXe siècle, enlevé pour 10 044 €. Debout, taillé dans le schiste gris, celui-ci faisait le geste de l’absence de crainte ou abhayâmudrâ, vêtu de la tunique uttarâsanga qui laisse l’épaule gauche dégagée. Sur sa tête, coiffée en petites bouclettes, l’habituel usnisa. Suivait pour 9 920 € un bodhisattva dit Maitreya plus ancien puisque ciselé dans le schiste entre le Ier et le Ve siècle, parfait exemple de l’art du Gandhara. Auréolé et assis sur un trône orné d’un bodhisattva assis entouré d’adorants, il tenait de la main gauche le vase à eau tout en exécutant le geste d’absence de crainte de la main droite. Évoquons maintenant l’hindouisme, avec un corps acéphale du dieu Vishnu, revêtu de la jupe traditionelle ou sampot, en grès beige à patine alluvionnaire. Bel exemple de l’art khmer du Baphuong, exécuté entre le XIe et le XIIIe siècle, il attirait à lui pas moins de 6 200 €. Notons enfin le score de 9 610 € réalisée par sept musiciennes en terre cuite polychrome, datant de la dynastie Tang.

archéologie, minéraux et fossiles, monnaies, Art d'Asie, art précolombien, arts premiers, préhistoire
dimanche 08 avril 2018 - 10:30 (CEST)
3, boulevard Michelet - 31000 Toulouse
Marc Labarbe
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne