Gazette Drouot logo print

Au galop dans les plaines d’Ukraine

Publié le , par Christophe Provot

Dans cette vente classique mais de qualité, on retiendra surtout les belles adjudications obtenues pour Horace Vernet, Philippe de Champaigne et Utagawa Hiroshige.

Horace Vernet (1789-1863), Mazeppa, 1826, huile sur toile, 96 x 138 cm. Adjugé :... Au galop dans les plaines d’Ukraine
Horace Vernet (1789-1863), Mazeppa, 1826, huile sur toile, 96 138 cm.
Adjugé : 165 100 

«Le cheval, entraînant derrière lui la troupe sauvage aux regards fous et aux bonds désordonnés, s’est enfin arrêté, épuisé de sa longue course à travers les steppes de l’Ukraine et s’est abattu au pied d’un sapin géant. La victime infortunée gît maintenant à terre, les membres déchirés et sanglants. Le paysage est tragique et le ciel, où plane un vautour, est sinistre (…).» Cette courte description, visible sur une étiquette accolée à l’arrière du tableau, traduit parfaitement la tension dramatique du sujet. Le personnage ligoté à sa monture n’est autre qu’Ivan Stepanovitch «Mazeppa» (1639-1707), figure semi-légendaire et héros de la nation ukrainienne, page à la cour du roi de Pologne dans la seconde moitié du XVIIe siècle. D’une grande beauté, il séduit la femme d’un comte palatin, lequel se venge en l’attachant nu à un cheval et le renvoie ainsi dans son pays natal. Cet épisode inspira nombre d’écrivains dont Voltaire, mais aussi lord Byron, qui publia un long poème sur le héros en 1818. Horace Vernet puise dans ce répertoire pour exécuter cette œuvre, plébiscitée à 165 100 €. Notre toile, datant de 1826, est la seconde version de celle qu’il peignit un an plus tôt à Paris après son retour de Rome. Déposée à l’Assemblée nationale le 12 octobre 1848, elle fut détruite dans l’incendie qui frappa l’édifice le 24 mars 1961. Illustrant la couverture de la Gazette n° 20, la toile de Philippe de Champaigne (1602-1674) représentant Saint Jacques le Majeur (60,5 49,5 cm) n’eut heureusement pas la même destinée. Passée notamment entre les mains du célèbre ébéniste et antiquaire Alfred II Beurdeley, elle était gratifiée de 63 500 € : un prix honorable pour cette parenthèse sensuelle qui tranche avec l’austérité habituelle des personnages dont Champaigne peuple ses compositions. Du Japon de l’ère d’Edo, on retiendra les 40 690 € consentis pour un ensemble de trente estampes oban tate-e (36 26,5 cm) d’un album, originellement composé de dix-huit feuillets doubles, de la série des «Trente-six vues du mont Fuji» par Utagawa Hiroshige (1797-1858).

mercredi 22 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 16 - Hôtel Drouot - 75009
Art-Valorem
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne